lundi 19 juin 2017

Bienvenue à Cotton's Warwick de Michaël MENTION






Michaël MENTION

Bienvenue à Cotton's Warwick








4ème de couverture :
Australie, Territoire du Nord. Dans l'Outback, on ne vit plus depuis longtemps, on survit. Seize hommes et une femme, totalement isolés, passent leurs journées entre ennui, alcool et chasse. Routine mortifère sous l'autorité de Quinn, Ranger véreux. 
Tandis que sévit une canicule sans précédent, des morts suspectes ébranlent le village, réveillant les rancœurs et les frustrations. Sueur, folie et sang. Vous n'oublierez jamais Cotton's Warwick.





J'ai lu quelques pages et je me suis dit wow on ne va pas se marrer avec la bande de dégénérés qui sévit à Cotton's Warwick.

Une poignée d'hommes et seulement une femme vivent quasiment en autarcie, sur les terres australiennes. 
Shaun et Tyler, les jumeaux aux cerveaux atrophiés, retrouvent Pat, un des leurs, en haut d'un poteau plus mort que vif.
Ils s'empressent de rapporter le corps aux autres habitants du village, tous s'en remettent à Quinn, le ranger pourri jusqu'à la moelle.
Plusieurs morts vont suivre et Cotton's Warkick pourrait voir son équilibre bien huilé, basculer...

Ça, c'est de l'ambiance, elle est pesante et malsaine, c'est du bon travail on peut le dire.
Parfaite pour finir en apothéose sur une telle idée de récit.
Les personnages sont tous plus inquiétants les uns que les autres, quand à votre tour vous mettrez les pieds dans ce petit coin d'enfer, faites-vous discret et repartez sans faire de bruit.
Les morts suspectes se cumulant je ne voudrais pas que vous soyez le prochain sur la liste.

C'est noir, c'est brut et j'ai adoré ça, chers lecteurs vous serez confrontés au chaos digne d'un film d'horreur.
Ici il n'y a pas de place pour la tendresse, il va falloir mettre de côté tout état d'âme.

Pour une première lecture avec Michaël Mention, on peut dire que ça dépote, je ne peux que valider.
Les prises de risque s'enchaînent, j'avoue avoir préféré la première partie du roman, mais je reste sur un très bon ressenti.
Le public ciblé est un public averti, adepte du noir et des thrillers mais c'est maîtrisé et réfléchi.
A un moment donné, la mise en page spéciale m'a assommée devant l'horreur de la situation, c'est original et ça fait son effet c'est sur.

Je crois qu'après une telle lecture, je ne regarderais plus jamais les hommes de la même façon, il faut dire que ceux de Cotton's Warwick sont gratinés.



Né en 1979 à Marseille, Michaël Mention est romancier et scénariste. Il publie son premier roman en 2008 et devient une étiole montante du polar avec Sale temps pour le pays (Grand Prix du roman noir français au Festival de Beaune en 2013) ainsi que Et Justice pour tous (Prix Transfuge du meilleur espoir polar en 2015), tous deux publiés chez Rivages. Il est aussi l'auteur d'un récit documentaire, Fils de Sam, et deJeudi noir (chez Ombres noires), un roman sur le match de football France-Allemagne de 1982. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire