mardi 26 mai 2015

La bonne, la brute et la truande de Samuel SUTRA








Samuel SUTRA

La bonne, la brute et la truande.

(Tonton, ses hommes, l'effet salaire)


Sortie le 29 mai 2015













4ème de couverture :
Dans la truande, il y a des règles ! Bon, pas des masses non plus. Quand on fait carrière dans cette branche, c'est rarement pour se coltiner des contraintes. Mais il y a une règle qui passe avant toutes les autres, sans laquelle même un coup réussi peut vous faire regretter de l'avoir tenté : il faut toujours payer ses hommes. Toujours !
Tonton parvient à monter un plan aux petits oignons. Il réussit à faucher le plus gros diamant du monde et à le rapatrier chez lui sans laisser ni témoins ni indices. 
Mais est-ce l'âge, la fatigue, ou un excès d'enthousiasme, voilà qu'il fait une erreur de débutant : il renvoie ses gars chez eux sans un sou en poche. 
Alors, c'est pas qu'ils soient méchants, les mecs, mais dès qu'on parle pognon, ils deviendraient presque pointilleux et auraient bien envie de rappeler au taulier que s'il néglige l'effet salaire, l'ambiance peut franchement se rafraîchir et signer le début des emmerdes...




Voila c'est bon j'ai à peine commencé la première page du roman que je ricane comme une dinde. 
Il faut que je vous explique, que je vous parle de Tonton c'est un gars incroyable, la classe incarnée.
Imaginez le big boss des truands, le baron de l'arnaque à haut niveau, imaginez-le un peignoir en soie aux motifs baroques sur le dos, des mules en cuir en guise de pantoufles, une cravate apparente et un feutre vissé sur la tête.
Là tu te dis c'est obligé je me mets en mode doigts de pied en éventail, un p'tit apéro dans une main et le bouquin dans l'autre. 
Il suffit de suivre Tonton il assure l'animation et il a une sacrée équipe de "bras cassés" pour nous faire rire, on se détend et au fil des lignes on se laisse embarquer par leurs coups tordus.

Il s'agit d'une série de plusieurs livres qui va progressivement être rééditée par la maison d'édition Flamant Noir, cette série c'est une ode à la rigolade.
Perso je n'ai pas l'intention de m'en passer car rire on en a tous besoin et Samuel Sutra nous offre un vrai décrassage des zygomatiques.

Je me suis rendue compte d'une chose, être un truand n'est pas si facile, il faut faire marcher sa tête, c'est un intense travail de réflexion et d'organisation.

Tonton reçoit un mystérieux appel et se voit proposer une affaire en or, le rachat d'un énorme diamant pour presque rien comparé à sa valeur.
La seule ombre au tableau c'est que c'est lui qui détient le diamant en question et l'a volé par la même occasion.
Une question se pose donc, se sont-ils fait piquer le caillou? Après avoir retourné le jardin sans succès, ils  décident de se mettre dans les mêmes conditions que l'année dernière.
Comprenez qu'on ne fait pas les mêmes pas à jeun que bourré donc nos compères repartent au salon vider quelques bouteilles.
Mais cela va-t-il suffire pour retrouver l'objet convoité, il est évident que le lecteur l'espère, qu'il est de tout cœur avec la fine équipe, (fine comme du gros sel certes mais j'aimais bien l'expression) ce n'est pas de la complicité de vol mais de la solidarité, nuance et ils en ont bien besoin, croyez-moi.

Le roman est découpé en autant de parties qu'il y a de personnages, chacun vivant l'aventure avec ses impressions et ses propres yeux, j'ai trouvé ça juste excellent, excellent dans le sens marrant, épatant et bien fait.
J'ai particulièrement aimé celle de Gérard, le bras droit de Tonton, on se trouve face à un lourdingue sans cervelle et fier de lui, que l'auteur me pardonne j'attaque fort ses personnages mais c'est trop bon.
Ses péripéties sont aussi craquantes que désespérantes, on pense franchement qu'il ne peut pas réussir dans la vie avec ses gros godillots mais il ne s'en sort pas si mal, enfin presque... en fait ça ne peut que foirer...
En passant aux visions des autres personnages, le lecteur apprend des détails qu'ils ne connaissent pas eux-mêmes, vous me suivez toujours là? 
Ça laisse présager un final en apothéose et quel final c'est Tontonnesque, ce que l'on retient c'est que même avec des gars pareils l'amitié est là et équipe de bras cassés ou pas ils peuvent être complémentaires malgré tout.

Cette aventure cocasse est prenante et l'intrigue est tenu d'une main de fer avec un rythme accompli.
L'humour est un élément à part et personnel, faire rire est difficile, je pense qu'on sait faire ou pas, si ce n'est pas le cas ce n'est même pas la peine d'essayer.
Je vous parle d'un vrai succès me concernant, j'ai ricané, j'ai gloussé, j'ai ri à gorge déployée et je continue à sourire en pensant à certains passages.
Une des scènes les plus magiques pour moi, restera Donatienne, la bonne de Tonton, pendu à la longe d'un cheval de course au galop et les collants remplis de graviers.
J'ai bien cru en pleurer de rire, je n'en dis pas plus mais il fallait que je vous plonge dans l'ambiance, allez maintenant vous y êtes vous savez qu'il vous faut ce livre!!!
D'ailleurs ouvrez les yeux Tonton monte sur les planches et vous pourrez le découvrir au théâtre, c'est-y pas génial ça?

Les auteurs français tâtant le style sont peu nombreux il faut l'avouer, si les belges ont Nadine Monfils (que j'adore) et bien nous on peut se la péter d'avoir Samuel Sutra.  





Samuel Sutra est né en 1974.
Après des études en Histoire de l'Art, il a obtenu une maîtrise de philosophie à la Sorbonne Paris IV.
Il a été publié par les éditions Terriciae, puis Sirius, et aujourd'hui par les éditions Flamant Noir lesquelles, après avoir publié "Le Bazar et la Nécessité", ont racheté les droits de ses précédents livres, notamment sa série Tonton.
2014 "Kind of black" a gagné le prix du balai d'or 2014 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire