mercredi 5 octobre 2016

Kabukicho de Dominique SYLVAIN




   


Dominique SYLVAIN

Kabukicho



Sortie le 
6 octobre 2016












4ème de couverture :
À la nuit tombée, Kabukicho, sous les néons, devient le quartier le plus sulfureux de la capitale nipponne. Au cœur de ce théâtre, les faux-semblants sont rois, et l’art de séduire se paye à coup de gros billets et de coupes de champagne. Deux personnalités dominent la scène : le très élégant Yudai, dont les clientes goûtent la distinction et l’oreille attentive, et Kate Sanders, l’Anglaise fascinante, la plus recherchée des hôtesses du Club Gaïa, l’un des derniers lieux où les fidèles apprécient plus le charme et l’exquise compagnie féminine que les plaisirs charnels. 

Pourtant, sans prévenir, la jeune femme disparaît. Le piège de Kabukicho s’est-il refermé ? À Londres, son père reçoit sur son téléphone portable une photo oùelle apparaît, les yeux clos, suivie de ce message : « Elle dort ici. » Bouleversé, mais déterminé à retrouver sa fille, Sanders prend le premier avion pour Tokyo, où Marie, colocataire et amie de Kate, l’aidera dans sa recherche. Yamada, l’imperturbable capitaine de police du quartier de Shinjuku, mènera quant à lui l’enquête officielle. 

Entre mensonges et pseudo-vérités, il sera difficile de démêler les fils d’une manipulation démoniaque ; pour le plus grand plaisir du lecteur.






Il faut savoir que je voyage dans ma vie privée bien sûr mais aussi à travers mes lectures et je suis très enthousiaste de partir au Japon cette fois-ci.
C'est un endroit rarement visité par les auteurs, en même temps il est extrêmement difficile de l'aborder si on ne connait pas le pays.
Et ça tombe bien je vois que l'auteure y a longtemps vécu.

Marie est hôtesse dans un club nocturne de Kabukicho au Japon.
En rentrant au petit matin elle reçoit un appel du père de Kate, sa colocataire.
Il est dans un état d'affolement terrible, en effet il a reçu une photo de sa fille, allongée par terre, les yeux fermés et une mention manuscrite dessous.
Marie va suivre les instructions de ce père terrifié par la disparition de sa fille et de son probable kidnapping.
Une enquête est immédiatement ouverte au commissariat et les soupçons vont très vite se porter sur un ami de la jeune femme...

Le contraste des personnalités des deux amies est intéressant, l'une est effacée et sans charme particulier quand la deuxième est jolie et populaire.

Les émotions transparaissent à profusion, j'ai senti le désarrois des personnages mais aussi la colère et la souffrance.
Pas que ce soit jubilatoire, loin de là mais c'est vivant, j'aime ressentir et voir à travers les lignes.
D'ailleurs j'ai trouvé ce roman assez visuel, j'ai pu voir presque comme dans un film et j'ai aimé ça.

J'étais effectivement assez curieuse de voir ce que pouvait donner le roman d'une française à la sauce japonaise et le dépaysement a été au rendez-vous.
L'ambiance créée est fabuleuse, j'ai pu sentir la fumée à l'intérieur des bars et c'est un pays tellement différent avec des coutumes et des procédés à l'opposé des nôtres, c'est je pense fidèlement reproduit. 

J'ai aimé la complexité du fonctionnement des clubs nippons, la frontière est parfois mince entre hôtesse, dame de compagnie et prostitué.
Ça m'intrigue énormément je dois l'avouer.

J'ai avancé ma lecture avec des tonnes de question sur le sort de Kate et j'ai parfois ouvert mes yeux en très grand pour être sûre de ce que je lisais. 
Je ne dirais pas un mot de plus même sous la torture, je peux juste dire que c'est une très belle découverte littéraire, j'en suis ravie.



Dominique Sylvain a été journaliste indépendante pour "Le Journal du Dimanche," puis journaliste d'entreprise et responsable du mécénat dans la sidérurgie (groupe Usinor).
Pendant douze ans, elle a vécu avec sa famille en Asie. Ainsi, Tokyo, où elle a passé dix ans, lui a inspiré son premier roman Baka ! (1995). Sœurs de sang et Travestis (1997 et 1998) ont été écrits à Singapour.
Elle a reçu le Prix Sang d'Encre en 2000 pour Vox, le prix Michel Lebrun en 2001 pour Strad, le Grand prix des lectrices de Elle 2005 pour Passage du Désir et le prix du meilleur polar du magazine LIRE pour Guerre sale en 2011. 
Ses quinze romans ont tous été publiés dans la collection Chemins Nocturnes, aux Éditions Viviane Hamy. 





Aucun commentaire:

Publier un commentaire