mardi 4 octobre 2016

Dusk de Sébastien BOUCHERY










Sébastien BOUCHERY

Dusk


















4ème de couverture : 
Nebraska, 19ème siècle. De redoutables limiers partent affronter l'hiver glacial pour neutraliser l'assassin d'une fillette. Mais ils devront, tour à tour, affronter leurs passés tumultueux, ainsi qu'un second prédateur... Un tueur en série qui laisse, dans son sillage, un nombre inquiétant de cadavres... 

Jouant avec les codes des thrillers actuels, Sebastien Bouchery revisite l'univers du western avec des personnages hauts en couleur et une intrigue aussi riche que palpitante.




J'ai eu l'impression de plonger dans l'ambiance d'Huckleberry Finn mais en version adulte, même si les lieux et les circonstances sont différents.

Garett apprécie les moments où s'arrêtent les corvées de la ferme, il peut profiter des plaisirs simples de la vie comme la pêche par exemple.
Sa ligne s'étant coincée dans le lac, il décide d'aller la dégager malgré le courant.
Il va dégager le corps d'une fillette et des mesures vont être prises immédiatement par le futur gouverneur démocrate de l'Etat de Nebraska.
Une équipe de pisteurs va partir sur les traces du tueur...

Les bases sont posées avec les valeurs de l'Amérique profonde du 19ème siècle, le charmes de ses comtés, les familles unies dans des croyances ancestrales.
Les dimanches à l'église, la reprise de la ferme familiale, le départ à la guerre de l’aîné de la fratrie ou encore les mariages arrangés.
Très vite le récit s'oriente vers une traque dangereuse, un périple semé d’embûches où il va falloir supporter un confort plus que rudimentaire.
J'ai apprécié les touches de chaleur posées çà et là dans cette époque rude, quelles soient réchauffées par l’alcool ou par les corps.

Le personnage de Jane est terriblement réjouissant, cette femme qui se montre l'égale de l'homme, capable de passer des journées à cheval et de dormir à même le sol dans le froid.
C'est exactement ce qu'il fallait pour pimenter un roman à la testostérone.

J'ai beaucoup aimé l'action, les rebondissements où certains dégainent plus vite que leur ombre.
J'ai trouvé le soupçon de cruauté qu'il faut pour faire un bon bouquin et celui-ci est excellent.
La fin est superbe, en grande partie inattendue et bienvenue pour terminer bouche bée.




Né en1975 dans le département de la Loire, Sébastien Bouchery est fonctionnaire de métier mais aussi scénariste, réalisateur de courts-métrages et de publicités. Son premier roman est paru en 2008. Depuis, douze autres livres ont vu le jour, avec le thriller comme genre de prédilection. On lui doit notamment « Nos sanglantes confessions » chez Eastern, « Ma vie avec la mort » et « Monnaie d'échange » chez Nouvelles Plumes.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire