mardi 28 février 2017

Elijah de Noël BOUDOU







Noël BOUDOU

Elijah














4ème de couverture : 
ELIJAH. C'est le prénom de mon petit frère. Celui que je lui ai choisi quand on me l'a mis dans les bras. Il est né alors que la violence était devenue une routine à la maison. Mon ivrogne de père terrorisait tout le monde et nous frappait tous les jours, ma mère et moi, sans que personne ne l'en empêche. Jusqu'à ce fameux soir... Quand j'ai eu dix-huit ans. J'ai attendu qu'il soit ivre à nouveau et je l'ai égorgé de sang-froid dans la cave. Hélas, ma mère venait de mourir sous ses coups en me laissant un petit frère pas comme les autres : ELIJAH . Aujourd'hui, il a dix ans et il est handicapé. Je m'occupe de lui depuis sa naissance, je sais mieux que quiconque ce dont il a besoin. Il est mon unique raison de vivre. Ensemble on est plus forts que tout, rien ne peut nous séparer. Mais un jour ILS sont venus chez moi pour le kidnapper. Qui sont ces hommes ? Pourquoi cet enlèvement ? C'est depuis ce moment-là que j'ai perdu toute raison. Je suis devenu un monstre. Comme eux. La traque pour retrouver ELIJAH , qui ne survivra pas longtemps sans moi, a commencé...




Tenir le livre d'un pote entre les mains, ça n'a pas de prix. Je vous rassure je suis malgré tout capable d'être objective, mais je sais à l'avance que ça arrache tout.
Je m'explique, j'ai été je pense, la première à relire le manuscrit, d'ailleurs quand je l'ai lu je ne m'attendais pas à faire face à un tel talent, je ne m'attendais pas à me faire cartonner de la sorte.

Gabriel subit les coups de son père, qui sont d'une violence quotidienne insoutenable, jusqu'au jour où il décide que tout ça c'est terminé, son père ne battra plus personne.
Pendant ce temps, sa mère est à l’hôpital, enceinte et en miettes, fracassée par les coups de son mari alcoolique.
Gabriel le tue sauvagement et sans scrupules.
Peu après, le couperet tombe, sa mère n'a pas survécu et le bébé est handicapé.
Désormais, le jeune homme va tout donner pour ce petit Elijah, qui restera dépendant toute sa vie.
  
Dans ce roman noir, très noir, il n'y a pas de flics ou alors de simples passages éclairs, pas d'enquête non plus et avouons-le ça change des lectures habituelles.

J'ai été touchée par cette vision du handicap, je la trouve magnifique.
Encore de nos jours, les gens sont nombreux à manquer de finesse, voire d'intelligence face à la différence.
Comme si ce n'était pas assez difficile à vivre et à gérer, il faut encore subir le regard des autres.
Cet amour inconditionnel est d'une beauté rare, mon cœur de maman a été arraché.

J'espère sincèrement qu'"Elijah" fera réfléchir, les divers points soulevés ont une vraie importance pour moi, notamment les violences faîtes aux femmes et aux enfants.
Sans oublier cette intolérance et les moqueries face au handicap.
Dites-vous bien que le tout savamment mixé donne un excellent roman noir, en plus de peut-être faire passer des messages importants et d'actualités.
Dans tous les cas, j'y ai été très sensible et réceptive, c'est une histoire qui me parle et m'a fait réagir.

J'aime la limpidité qui s'associe à l'écriture de Noël Boudou, je me souviens que lors de ma première lecture, j'avais été stupéfaite de constater cette aisance dans l'écriture des scènes chaudes.
Combien ne sont pas à l'aise avec ça, il vaut mieux éviter le ridicule avec des comparaisons idiotes.

L'auteur ne s’embarrasse pas du superflu, il cause cash et c'est violent il faut le dire, voilà pourquoi c'est aussi scotchant que réussi.
Il y est fait passer de la rage et de la peur, celles qui vous rendent capable du pire.
Dans le sang qui coule, Noël Boudou a instillé un amour fraternel magnifique.
J'insiste sur cet amour, car il est la base de tout et fait passer à merveille la perversion qui transite autour.
Au milieu du mal à l'état pur il y a l'amour, je m'y suis accrochée comme à une bouée chahutée par les flots, c'était comme un besoin vital.

La fin va d'ailleurs vous surprendre et vous émouvoir au possible, elle possède une force herculéenne.
Je vous donnerais un conseil, un seul, ne vous moquez jamais d'Elijah, votre dernière heure pourrait sonner plus tôt que prévu...



Pour le commander en papier ou numérique : c'est ici
Vous pouvez aussi demander à votre libraire habituel.









Aucun commentaire:

Publier un commentaire