vendredi 18 juillet 2014

L'embaumeur; Anvers et damnation de MAXIME GILLIO








MAXIME GILLIO
L'embaumeur, Anvers et damnation.
240 pages
L'atelier Mosésu



























4ème de couverture : 
Et si DSK avait été tué dans une chambre d'hôtel ? Et si cet hôtel se trouvait en Belgique et non à New York ? Et si ce n'était pas le FBI qui enquêtait, mais Luc Mandoline, alias l'Embaumeur, le thanatopracteur préféré de ces dames ? Et si les pages de ce roman dégoulinant de sueur, de sang et d'humour noir, vous le liriez, vous ? Oui ? Alors qu'est-ce que vous attendez ?
En Belgique, il n'y a pas que les canaux qu'on retrouve pendus.



Déjà je peux vous dire que j'adore la couverture, le mélange des couleurs rend vraiment bien, les photos sont belles, il ne m'en faut pas plus pour avoir envie de plonger dans la série de l'Embaumeur.
Je suis doublement excitée car je n'ai jamais lu de roman de l'auteur, seulement trois nouvelles et le besoin de creuser et d'en savoir plus sur son écriture est sincère.
Sans oublier la préface de Paul Colize qui annonce de l'humour, du sang et du sexe, j'en attendais donc un récit détonnant et déluré et j'ai été largement comblée.

Luc Mandoline est thanatopracteur de profession, surnommé l'Embaumeur, il n'a pas son pareil pour mettre les pieds dans le plat et cumuler les boulettes.
Cet homme franc ne mâche pas ses mots, je n'ai jamais douté de son efficacité professionnelle mais on ne peut pas dire que la diplomatie soit une de ses qualités.
Je dois bien avouer que ce gars attachant m'a particulièrement fait sourire voir marrer.
Sullivan Mermet, thanato également et ancien compagnon de légion de Luc va se voir embarquer par son acolyte dans une histoire de fou, direction la Belgique, à Anvers, le tout sous la direction de Maxime Claeneboo, flic et homo qui est l'ennemi juré de Sullivan.
Un grand ponte français retrouvé dans une chambre d'hôtel belge et voilà les deux copains qui se retrouvent mêlés à une enquête peu banale, sous fond de secret d'état et de non dits, le tout s'annonce assez mal barré pour eux. 
Je vous invite à découvrir comment les thanatos vont réagir et interférer dans cette affaire vous-même ...

Le lecteur passe par des moments de déconnade mais aussi par des passages plus durs. 
La prostitution y est traitée de façon instructive et intéressante, je fais référence notamment à la culture africaine et à leurs rites qui sont développés avec ingéniosité.
Cette partie m'a passionnée aussi dure et impitoyable soit-elle, j'ai été touchée, l'auteur a su dépasser le style donné au livre et aller plus loin encore.
Le mélange est du coup aussi réussi qu'homogène, beau métissage c'est le cas de le dire.
La fin quant à elle, est assez explosive on peut ressentir le danger et avoir peur pour nos deux personnages  insouciants.
A divers moments de notre vie on a tous besoin de rire, d'éprouver de la légèreté, comme ce fut mon cas ce livre m'a permis de réouvrir mes chakras et de m'abandonner dans de bons fous rires. 

Je souhaite remercier Maxime Gillio pour son écriture directe et décontractée, ça l'a drôlement fait et aussi l'atelier Mosésu pour cette découverte très sympa, je compte bien poursuivre la série de l'Embaumeur.


Pour commander le livre ça se passe ici





Maxime Gillio est un brin fatiguant. Cet ancien prof de français reconverti dans l'édition est un sale gamin qui soigne sa schizophrénie dans des romans aux univers différents, passant du noir sordide au loufoque déjanté. 
Ca tombe bien, l'Embaumeur est une série à la fois sordide ET loufoque. Sinon, il déteste la cannelle et porte toujours des pulls hideux quand il écrit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire