lundi 7 juillet 2014

Noir Ego de PIERRE GAULON

C'est au tour de Zonelivre de m'héberger pour ma chronique de Noir Ego de Pierre GAULON, sur son blog : Zonelivre (avril 2014) Je suis particulièrement fière de compter parmi leur team de chroniqueurs.


Ma chronique d'origine : Noir Ego de PIERRE GAULON sur Zonelivre  








PIERRE GAULON
Noir Ego
299 pages 
City Editions




















4ème de couverture : 
Au milieu de l'été, sur une aire d'autoroute, un homme disparaît. Il s'est littéralement volatilisé lors d'une simple halte en famille. Sa femme et ses deux enfants le recherchent désespérément avec l'aide d'un policier à la retraite rencontré par hasard. 
Philippe a-t-il décidé d'abandonner sa femme et ses enfants ? Quelles autres hypothèses pourraient expliquer cette incroyable disparition ?
Bloquée sur l'aire d'autoroute à cause d'une violente tempête, face à l'incompréhension, une famille vole en éclats.
Elle va de découvertes en découvertes et comprend bientôt que chaque homme possède une face cachée et des secrets inavouables...



J'ai d'abord commencé par lire "La mort en rouge", premier livre de Pierre Gaulon, j'aime jauger l'évolution d'un auteur, je lui ai d'ailleurs donné un excellent avis. 
Avec Noir Ego je me suis dit mais que se passe-t-il ? L'auteur joue autant avec les mots qu'avec son lecteur, c'est une sensation agréable on sent de suite qu'il a assuré ses appuis avec une maîtrise redoutable.
La découpe des chapitres a une importance fondamentale dans ce livre, elle est originale et change vraiment d'une construction classique, c'est un point que j'ai particulièrement apprécié.
Les retours en arrière sont fréquents et se conjuguent parfaitement avec les moments présents, ils nous permettent progressivement d'évoluer dans la vie familiale des personnages et de peut-être comprendre ce qu'il se trame.
L'écriture est fluide, les lignes se laissent faire, on les sent dociles et la lecture en avance d'autant plus vite, de toute façon on est obligé de tourner les pages pour démêler l'intrigue et savoir ...

Imaginez une seconde ce qu'à du ressentir Aline quand elle s'est rendue compte de la disparition de son mari, sur une aire d'autoroute, en chemin pour les vacances.
Imaginez la panique et la détresse d'une femme seule avec deux enfants au milieu de nulle part.
Qu'est-il arrivé à Philippe, le chef de famille ? Drame ou abandon ? Je dois avouer avoir été prise d'un doute au cours de ma lecture, un doute horrible qui s'est insinué en moi tout doucement, j'ai prié très fort pour me tromper car il est évident que l'issue en était dramatique.
J'en suis arrivée à me poser des questions sur le couple, sur la famille en général, Aline et Philippe ressemblent à bien des français, des responsabilités, le quotidien à gérer et les soucis qui vont avec, pourtant on découvre qu'ils cachent quelque chose de lourd, ancré en eux.
C'est un sujet sérieux qui est soulevé, on parle de souffrance, de vies éprouvées, de traumatisme lié à l'enfance.

Parlons de la fin de ce livre car c'est un sacré morceau, elle est magistrale, je suis passée par toutes les hypothèses inimaginables, j'ai passé en revu tous les cas de figures et il se trouve que j'ai cherché partout sauf au bon endroit.
Face à l'inéluctable j'ai beaucoup réfléchi, l'auteur nous malmène (et on adore ça bien sûr) j'ai posé de nombreux "et si ...", si les choses s'étaient passées autrement, et si les personnages avaient fait des choix différents cela aurait-il influencé ou changé leur destin?

J'ai été particulièrement touchée par la mention faites aux Readers (Le groupe READ, composé de lecteurs et d'auteurs déjantés réunis par la même passion) dans les remerciements de Noir Ego, encore un auteur français talentueux qui aime ses lecteurs et qui le leur montre.
Je remercie City Editions et Pierre Gaulon pour sa disponibilité et sa simplicité. On aime !




Pierre Gaulon a une trentaine d'années. Après des études de lettres modernes et une expérience de professeur de français, il dirige désormais son entreprise dans l'univers du jouet. " La mort en rouge" est son premier thriller.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire