lundi 9 janvier 2017

Entraves d'Alexandra COIN









Alexandra COIN

Entraves






















4ème de couverture : 
Enfant, Ilario fut chahuté par ses camarades de classe et aura souffert de la rudesse de son père. Adulte, il reproduira ce même schéma de domination poussant sa femme, Emma, jusqu'à l'internement en psychiatrie. Alternant flash-backs et scènes d'hôpital, "Entraves" décrypte un cheminement lourd de conséquences, pointant du doigt faiblesse et machiavélisme. Un roman sombre, criant de vérité et diaboliquement rythmé.





J'ai eu un coup de cœur pour le précédent écrit d'Alexandra Coin et de son co-auteur Erik Kwapinski.
Je n'avais qu'une envie, celle de plonger dans Enclaves.


Emma a une petite fille de six ans avec Ilario et leur vie n'est pas des plus sereines.
Cette femme subit au quotidien des humiliations de la part de son mari, toutes plus abjectes les unes que les autres.
Jusqu'au jour où elle se rend compte de tout, elle reçoit un vrai électrochoc et va donc décider de prendre sa vie en main....

Voilà un sujet qui me touche énormément : les violences faites aux femmes.
Elles ne se matérialisent pas systématiquement sous forme de coups physiques, la violence psychologique peut être aussi dévastatrice et douloureuse.
Des paroles blessantes, dégradantes et un comportement irrité continu et rabroueur peuvent tout à fait être le comportement d'un bourreau.
On trouve souvent l'homme dans ce rôle-là et la femme dans celui de la victime, bien que l'inverse doit bien exister.
Mais quand même certains hommes sont très forts à ce petit jeu là, le pervers narcissique est-il malade ou bien est-ce un vice?
Restés dans l'ombre bien longtemps, ils commencent enfin à en sortir, mais il s'agit d'un combat long et difficile, la femme reste très mal protégée, même de nos jours, on ne peut que compter les mortes par centaine.

L'auteure y accède avec force et il en ressort un discernement très réussi. 
On assiste au quotidien de la jeune femme, les brimades et les agressions insupportables qui le compose.
Y est retranscrite une vraie détresse, la peur pour son enfant, la peur de ne pas réussir à le préserver de cette violence.
Le personnage principal va donc tenter de protéger sa fille, mais elle qui va la protéger...

Un choix a été fait, celui d'alterner deux temps, la montée aux enfers à la maison et l'internement en psychiatrie d'Emma, cela permet de soulever des tonnes de questions.
Comment en est-elle arrivée là? Que s'est-il passé? Comment se sortir de cette situation périlleuse?
Pour en connaître les réponses, la seule solution est d'avancer sa lecture.
Lecture que j'ai du coup, suivi avec un vif intérêt, tenaillée par la curiosité et le suspense.

Tomber sur un monstre n'a aujourd'hui rien d’extraordinaire, ils sont malheureusement nombreux.
Non ce qui est difficile, c'est de s'extirper de leurs pattes acérées.
S'agissant d'un travail de sape de longue haleine, il est presque impossible de partir.

J'ai serré les dents et j'ai eu la nausée, la situation du personnage principal va au-delà du cauchemar, c'est pire.
Il a été fait preuve de beaucoup de réflexion, j'ai d'ailleurs moi aussi pas mal réfléchi comme on peut s'en rendre compte dans mon avis.
Le sujet est exploré, creusé et les termes utilisés sont percutants.
J'ai donc énormément aimé ma lecture, ce que l'auteure a fait de cette violence faites aux femmes est terrible.




Alexandra COIN est née à Arles et vit désormais en Bourgogne. Son premier roman, La Voie du Talion, un thriller psychologique coécrit avec son compagnon, Erik KWAPINSKI est paru en avril 2016 aux éditions Aconitum. Un roman qui traite du syndrome de stress post-traumatique et de la manipulation. Des thèmes qui leur tiennent à cœur. 
Le choix du thriller s’est imposé à eux, étant l’un des derniers espaces de liberté et un moyen percutant de rendre compte de la société et des hommes.

Son site web : http://www.alexandra-coin.com




4 commentaires:

  1. ça nous fait carrément réfléchir, une lecture enrichissante !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ta chronique Loley. Bises. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de nous enchanter avec tes mots Alexandra bizz

      Supprimer