lundi 30 janvier 2017

Seul le silence de R. J. Ellory






R. J. Ellory

Seul le silence














4ème de couverture : 
Joseph Vaughan, écrivain à succès, tient en joue un tueur en série, dans l’ombre duquel il vit depuis bientôt trente ans. Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps horriblement mutilé d’une fillette assassinée. La première victime d’une longue série qui laissera longtemps la police impuissante. Des années plus tard, lorsque l’affaire semble enfin élucidée, Joseph décide de changer de vie et de s’installer à New York pour oublier les séquelles de cette histoire qui l’a touché de trop près. Lorsqu’il comprend que le tueur est toujours à l’œuvre, il n’a d’autre solution pour échapper à ses démons, alors que les cadavres d’enfants se multiplient, que de reprendre une enquête qui le hante afin de démasquer le vrai coupable, dont l’identité ne sera révélée que dans les toutes dernières pages. Plus encore qu’un roman de serial killer à la mécanique parfaite et au suspense constant, Seul le silence marque une date dans l’histoire du thriller. Avec ce récit crépusculaire à la noirceur absolue, sans concession aucune, R. J.Ellory évoque autant William Styron que Norman Mailer par la puissance de son écriture et la complexité des émotions qu’il met en jeu.





"Un cœur sombre", le dernier roman de Roger Ellory m'ayant fait une très belle impression, je poursuis ma découverte de ses écrits avec réjouissance.

L'enfance de Joseph n'a pas été tendre, il commence par perdre son père, mort trop jeune et enchaîne avec le décès sauvage d'une de ses camardes de classe.
Désormais, les petites filles ne sont plus en sécurité dans les comtés alentour et la vie de Joseph sera impactée où qu'il aille...

Le rythme est posé, il permet de savourer le vocabulaire puissant et ordonné avec génie.
J'ai pu apprécier les ressentis de Joseph, sa vie, ses rêves, son enfance volée...
Les descriptions sont telles, qu'il suffit de fermer les yeux un instant, pour se retrouver au milieu des personnages. 

On sent Joseph tellement abattu et concerné par les meurtres des petites filles, que le récit en est poignant.
J'ai senti sa rage devant son impuissance à les protéger.
Sa détresse de ne pas pouvoir les sauver.
Le sujet est ardu, j'avoue être particulièrement sensible et touchée par les violences faîtes aux enfants.
J'ai dû sauter un passage de quelques lignes a un moment de ma lecture, ce sont mes seules limites littéraires, mais rassurez-vous à part ces lignes, il n'y a pas de détails et ça passe facilement. 

Je me sens moquée, si seulement j'avais su que c'était aussi bon, j'aurai commencé à lire l'auteur bien plus tôt.
Je pensais sincèrement que ce n'était pas fait pour moi, je me restreignais au thriller français, qui est très rythmé et différent.
Quand c'est l'auteur en personne qui ébranlent toutes tes certitudes sur tes goûts en matière de polar étranger, on peut dire que c'est perturbant et fabuleux, oui surtout fabuleux en fait.

La règle de base c'est de toujours écouter ses amis lecteurs, moi aussi j'ai adoré ma lecture et je compte bien rattraper mon retard.
C'est d'ailleurs presque une chance d'en avoir plein à lire, car je me suis sentie nostalgique et déroutée en laissant Joseph même si j'ai avancé à ses côtés sur six cents pages.
Seul le silence est un grand livre qui restera longtemps dans ma tête.





R. J. Ellory, -soit Roger Jon Ellory- est un écrivain britannique, auteur de romans policiers et de thrillers.
Orphelin très jeune, il grandit en pension, puis chez ses grands-parents, jusqu'à être incarcéré à 17 ans pour braconnage. Une fois sa peine purgée, il se lance dans la musique, tout en étudiant et lisant beaucoup: Tolkien, Stephen King...
Il devient un temps guitariste du groupe de rock "The Manta Rays", avant de se tourner vers la photographie. Il commence à écrire en 1987, mais il devra attendre 2003 pour que son roman, "Candlemoth", soit publié.
Entre 1987 et 1993, RJ Ellory écrit pas moins de vingt-deux romans, chacun lui valant des refus éditoriaux des deux côtés de l'Atlantique : en Angleterre, on refuse des romans situés aux États-Unis, écrits par un anglais, et outre-Atlantique, on ne veut pas de romans se passant aux États-Unis, écrits par un Britannique.
On peut citer parmi ses œuvres : "Vendetta" (A Quiet Vendetta, 2005), "Seul le Silence" (A Quiet Belief in Angels, 2007), "Les Anonymes" (A Simple Act Of Violence, 2008) ou encore "Les Anges de New York" (Saints of New York, 2010).
R.J.Ellory est lauréat du prix Nouvel Obs/BibliObs du roman noir 2009 pour "Seul le silence". Aujourd'hui il se consacre pleinement à son écriture et à la musique avec son groupe de blues, "The Whiskey Poets".

site officiel:
http://www.rjellory.com/ 

2 commentaires:

  1. Tu as raison Loley. Je continue, moi aussi, à découvrir R.J. Ellory, un excellent auteur !

    RépondreSupprimer