vendredi 7 juillet 2017

De cauchemar et de feu de Nicolas LEBEL






Nicolas LEBEL

De cauchemar et de feu













4ème de couverture :
Paris, jeudi 24 mars 2016 : à quelques jours du dimanche de Pâques, le cadavre d’un homme d’une soixantaine d’années est retrouvé dans un pub parisien, une balle dans chaque genou, une troisième dans le front.À l’autopsie, on découvre sur son corps une fresque d’entrelacs celtiques et de slogans nationalistes nord-irlandais. Trois lettres barrent ses épaules : IRA. Le capitaine Mehrlicht fait la grimace. Enquêter sur un groupe terroriste irlandais en plein état d’urgence ne va pas être une partie de plaisir. D’autant que ce conflit irlandais remonte un peu. Dans ce quatrième opus, Nicolas Lebel nous entraîne sur la piste d’un un assassin pyromane, un monstre né dans les années 70 de la violence des affrontements en Irlande du Nord, qui sème incendie, chaos et mort dans son sillage, et revient aujourd’hui rallumer les feux de la discorde à travers la capitale.






Voilà un auteur que je suis depuis ses débuts, je ne rate aucun de ses romans.

Un anglais est retrouvé assassiné dans les toilettes d'un pub parisien.
L'équipe de Merhlicht est sur le coup pour remonter jusqu'au tueur, le corps de la victime et la méthode de dézinguer sont parlants, reste à étudier tout ça...
Une jeune stagiaire fraîchement débarquée va faire connaissance avec le petit homme à tête de grenouille et ne va pas échapper au bizutage qui attend les indésirables.

Je suis toujours tout ouïe quand il s'agit de la guerre entre l'Irlande du sud et du nord, c'est un sujet vraiment intrigant.
On sent les recherches effectuées, c'est une partie du roman très réussie, elle est d'ailleurs alternée avec l'enquête de nos chers flics, qui eux s'activent dans le présent.
La guerre, les religions, encore et partout, c'est un grand débat tout ça et j'ai beaucoup aimé ce que l'auteur en a fait.

Sans parler de l'humour au combien particulier de Merhlicht qui relativise d'une façon extrême tout ce que la vie porte de strict et de contraignant.
Merhlicht, c'est vraiment le petit plus des romans de l'auteur, un peu comme la chantilly sur la cerise du gâteau.
Il est aussi antipathique que repoussant et pourtant le lecteur ne peut s'empêcher de l'aimer à cause de sa fragilité due aux épreuves que la vie lui a infligée.
Si Nicolas Lebel se décide à écrire un oneshot, je me jetterai dessus pour voir quel nouveau personnage il nous a concocté.
Ça peut paraître secondaire, mais un personnage qui reste dans la tête, c'est je pense, un sérieux atout.

Je ne pensais pas que les légendes irlandaises pouvaient être aussi flippantes, dire que j'avais en tête les leprechauns, des petits bonshommes roux habillés de vert, symbole de joie.
Dans De cauchemar et de feu nous en sommes loin... la couleur rouge est bien là, mais elle est la seule à tout recouvrir.
J'ai adoré sentir le danger et les scènes d'action dans lesquelles l'équipe de flics a été plongée sont fabuleuses.

Si j'étais curieuse et envieuse de découvrir l'Irlande et bien désormais c'est pire, merci Monsieur Lebel.
Alors le prochain oneshot or not oneshot? 




Nicolas Lebel est linguiste, traducteur et enseignant.
Il est également auteur de romans policiers.
Nicolas Lebel a fait des études de Lettres et d’anglais puis il s'est orienté vers la traduction. Il est parti en Irlande quelque temps avant de devenir professeur d’anglais. Il enseigne aujourd’hui dans un lycée parisien.
Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2006 une première fiction, une épopée lyrique en alexandrins: "Les Frères du serment". 
En 2013, il publie aux Éditions Marabout "L’Heure des fous", en 2014, "Le Jour des morts", puis en 2015, "Sans pitié, ni remords", trois romans policiers caustiques où histoire, littérature et actualités se mêlent, des romans noirs qui interrogent et dépeignent la société française contemporaine avec humour et cynisme, dont le ton est souvent engagé, et le propos toujours humaniste. Ces trois romans mettent en scène le capitaine Mehrlicht.
Finaliste de la Plume de Cristal du FIFP Liège 2013 et finaliste du Prix du meilleur polar francophone Montigny 2013, il vit à Paris.
page Facebook: https://www.facebook.com/pages/Nicolas-Lebel-Polars/485293481534883 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire