mercredi 18 octobre 2017

Eunoto, Les noces de sang de Nicolas FEUZ






Nicolas FEUZ

Eunoto, Les noces de sang


ThebookEditions









4ème de couverture :
Il lui promit de l'aimer pour le meilleur et pour le pire, sachant que seul le pire les attendait. Il lui promit de l'aimer jusqu'à ce que la mort les sépare. Mais pas au-delà.
Le Monstre de Saint-Ursanne est-il victime d'une erreur judiciaire ? Qui sont ces jeunes filles décapitées, dont les corps ont été trouvés au château de Valangin et au barrage de Schiffenen ? Pourquoi un gendarme genevois a-t-il été tué devant les HUG ? Jeune inspecteur de la police neuchâteloise, Michaël Donner trouvera-t-il des réponses en ville de Lausanne ou dans le domaine skiable des Quatre Vallées ? Quand l'enquête sur un tueur en série prend une dimension romande et requiert la mise en oeuvre de l'entraide intercantonale...







Qu'il m'est agréable de lire un livre de poche, la blogueuse que je suis, lis énormément de brochés il faut l'avouer.
Rencontré au détour d'un salon du livre cette année, j'avais déjà entendu parler de l'auteur Suisse, qui a conquis le lectorat français et j'avais très envie de le lire.

Cédric et Jérôme interviennent sur un vol, l'un des policiers s'approche du fuyard et la tentative d'arrestation tourne au drame.

J'ai vécu les premiers chapitres comme dans un film d'action.
Puis j'ai croisé une femme qui souhaitait épouser un monstre en prison.
Dans la vraie vie, c'est une situation que je dénonce et condamne à grands cris, dans un thriller ça a plutôt de la gueule et on se laisse guider par l'histoire que Nicolas Feuz nous a concoctée.

Je ne veux pas ranger les auteurs dans des cases parce que chacun à son style et c'est simplement idiot, mais ici j'ai clairement été intriguée.
Beaucoup d'auteurs français pour ne pas généraliser carrément, ont tendance à décrire longuement les personnages et leurs vies et bien que dans ce thriller on les retient, ça reste plutôt succinct. 
J'adore le thriller français, mais si je souligne cette différence c'est que je la trouve aussi plaisante et intéressante.
Ça me coupe de mes habitudes, de mon petit confort et ce n'est pas pour me déplaire.
Malgré un petit manque de fluidité au début dû aux diverses institutions suisses, je suis rentrée dans cette intrigue et j'ai eu besoin d'en savoir plus, totalement intriguée.

Les cadavres retrouvés sont bien amochés et violentés, ce roman est ni plus ni moins pour les adeptes de thrillers, habitués aux détails un peu cradingues.

La fin est surprenante, c'est réussi et elle ouvre on ne peut plus clairement la porte à des représailles.
Rien n'est terminé, pour le plus grand plaisir du lecteur...





Procureur de la République et canton de Neuchâtel et auteur de thrillers
Nicolas Feuz a étudié le droit à l'Université et obtenu le brevet d'avocat, avant d'être élu en 1999 comme juge d'instruction, puis en 2008 comme président du collège des juges d'instruction, et enfin en 2011 comme procureur de cette petite République helvétique. 
Marié et père de deux enfants, il s'est lancé dans l'écriture de romans noirs en 2010. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire