lundi 9 octobre 2017

Le diable n'est pas mort à Dachau de Maurice GOUIRAN







Maurice GOUIRAN

Le diable n'est pas mort à Dachau














4ème de couverture : 
Lorsque Henri Majencoules, un jeune mathématicien qui travaille en Californie sur le projet Arpanet, revient à Agnost-d'en-haut en 1967, son village natal focalise l'attention de tous les médias du pays : une famille d'Américains, les Stokton, vient d'y être massacrée. Imprégné par la contre-culture qui bouillonne alors à San Francisco – du Flower Power à la pop musique et de l'été de l'amour au LSD –, Henri supporte mal le silence oppressant de la terre de son enfance. Mais avec l'aide d'Antoine Camaro, son ami journaliste, il va tenter d'en savoir plus sur ce Paul Stokton, son épouse et sa fille assassinés. Il découvre alors l'existence d'un des programmes militaires les plus secrets et les plus audacieux de l'après-guerre… 
De Dachau à la CIA, de l’US Army à Pont-Saint-Esprit, les hommes changent, les manipulations jamais…






Whoo mais quelle couverture, c'est glauque et prometteur.

Henri revient dans sa commune natale pour l’enterrement de sa mère.
Il ne peut que constater que la vie à la campagne n'a pas su évoluer, lui a eu le courage de partir à San Francisco.
Juste avant son arrivée, un triple homicide a eu lieu dans le village, Henri se joint à un ancien copain devenu journaliste pour enquêter sur l'affaire...

Le lecteur peut suspendre sa respiration, l'enquête est vraiment plaisante à suivre.
Ma curiosité est à son comble, j'ai senti qu'il se tramait quelque chose de lourd, mais j'ai dû attendre pour découvrir quoi et comprendre.

J'ai apprécié de partir en 1967, dans ces vieilles campagnes profondes où les idées étaient étriquées et la vie injuste pour les nouvelles générations.
Les avenirs tout tracés, autant pour les jeunes filles que pour les jeunes hommes, déscolarisés au plus vite pour travailler à la ferme.

Quand on pense jusqu'où l'être humain est capable d'aller pour assouvir sa soif de savoir dans la médecine et la recherche c'est flippant.
Nous avons tous une vague idée de ce qu'il s'est passé à Dachau, un des tristement célèbre camp de la mort.
Quelque part, je me dis que ce que dépeint l'auteur dans la partie plus récente et romancée, a peut-être ou a sûrement existé.
Mais de quoi je parle ? Ne comptez pas sur moi pour vous le dire...
Peut-être que l'être humain n'est qu'un pantin à la merci du gouvernement, et ce, sans même le savoir...






Maurice Gouiran est un écrivain français né le 21 mars 1946 au Rove (Bouches-du-Rhône), près de Marseille, dans une famille de bergers et de félibres.
Il passe son enfance dans les collines de l’Estaque, avant d'effectuer ses études au lycée Saint-Charles, au lycée Nord puis à la faculté, où il obtient un doctorat en mathématiques.
Spécialiste de l'informatique appliquée aux risques et à la gestion des feux de forêts, il est appelé comme consultant par l’ONU. Il enseigne également à l’université.
Son premier polar, La nuit des bras cassés, paru en 2000, reçoit le prix Sang d'Encre des lycéens de la ville de Vienne, Marseille, la ville où est mort Kennedy est lauréat du prix SNCF du polar à l'été 2005, Sous les pavés la rage est couronné par le prix Virtuel du Polar 2006 (prix décerné par les internautes, ex-prix Rompol). 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire