vendredi 10 novembre 2017

Entre deux mondes d'Olivier NOREK







Olivier NOREK

Entre deux mondes













4ème de couverture : 
Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. 
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds. 
Un assassin va profiter de cette situation. 
Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. 
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger. 







Olivier Norek fait partie de mes auteurs préférés, après trois superbes romans, cet auteur n'a plus rien à me prouver.
A contrario, j'ai quand même des attentes élevées, j'ai besoin de mon shoot annuel, mais je sais qu'elles seront remportées largement.

Nora et Maya quittent la Syrie en urgence, la situation étant devenue dangereuse.
Le père de famille les rejoindra à Calais en France, dans sa jungle, dans un second temps, où ils pourront ensemble  rejoindre l'Angleterre.

J'ai lu peu de livres traitant des migrants de Calais et je n'avais jamais rien lu sur la guerre en Syrie et de son peuple maltraité, éprouvé, massacré.
Se trouver avec des personnages au cœur du problème est dur, mais intéressant, on se rend compte à quel point leurs vies sont horribles.
Et bien sûr, de nombreux passeurs se gavent en les dépossédant de toutes leurs économies et de tout ce qu'ils ont.

Le sujet de l'immigration est clairement un sujet difficile voire glissant, la facilité n'a pas été choisie et c'est appréciable.
La jungle de Calais est le rêve américain de tous les Syriens, entre autres, persuadés qu'en France tout serait plus facile et la vie belle.
Malheureusement, même s'ils ont quitté l'horreur la plus absolue qu'est la guerre, ils étaient parqués dans ce camp dans des conditions inhumaines.
L'insalubrité, l'insécurité et les maladies y règnent en maître, sans oublier la faim, la peur et le désespoir.
C'est un sujet douloureux et sûrement étouffé autant que possible par les autorités.

La cohabitation avec les Calaisiens est impossible, ces êtres humains fantômes sont prêts à tout pour traverser la Manche, persuadés qu'ils pourront y vivre décemment.
Dans ce roman on comprend tout ce qu'ils ressentent, mais surtout ce besoin de vivre dont l'instinct de survie pousse à faire des actions irrationnelles.
Je me souviens d'un exemple choquant, celui d'un chauffeur poids lourd mort suite à un tronc d'arbre placé sur la route par les migrants.
J'ai aimé la neutralité de l'auteur, on ne le sent d'aucun côté et il explore justement chaque partie à fond.

On imagine aisément que l'immersion d'Olivier Norek dans la jungle de Calais a dû être bouleversante et il l'a utilisée à bon escient pour son roman noir.
Ceci dit, il en faut pour rentrer dans une zone de non-droit, si vous voyez de quoi je parle, tous les hommes n'y sont pas les bienvenus.
Ça doit être une sacrée leçon de vie, pourtant l'auteur a dû en voir des vertes et des pas mûres dans sa précédente vie de flic du 9.3.

Je ressors de ma lecture avec le cœur déchiré, en miettes, comme si une meute de chiens se l'étaient disputé, tirant, écorchant, écartelant chaque morceau digne de ce nom.
Submergée par l'émotion et par la solidarité humaine, j'ai senti mon nez piquer et mes yeux s'humidifier.

Si vous voulez frissonner et avoir les poils dressés sur les bras c'est exactement la lecture qu'il vous faut.
J'ai eu envie d'enfoncer mes ongles dans mon crâne et de hurler, pourquoi la vie est si cruelle? Pourquoi est-elle injuste avec certains? Comment peut-elle être aussi dégueulasse?
J'ai réfléchi un moment à tout ça, "Entre deux mondes" permet de relativiser énormément sur sa propre vie et de se rendre compte qu'il faut arrêter de râler pour des broutilles.
En France, oui j'ai bien dit en France, il y a des êtres humains qui ont connu l’innommable.





Olivier Norek est un écrivain et scénariste français.
Il est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche de la Sous-Direction de la Police Judiciaire (SDPJ) en Seine Saint-Denis (93).
Il travaille d'abord en tant que bénévole chez Pharmaciens sans frontières durant trois années, lors desquelles il participe à la réhabilitation d'un hôpital à Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane, ainsi que de l'approvisionnement en matériel médical des hôpitaux et camps de réfugiés des territoires en guerre de l'ex-Yougoslavie (1994-1995).







Aucun commentaire:

Publier un commentaire