lundi 6 novembre 2017

En douce de Marin LEDUN






Marin LEDUN

En douce













4ème de couverture : 
Sud de la France. 
Un homme est enfermé dans un hangar isolé. Après l’avoir séduit, sa geôlière, Émilie, lui tire une balle à bout portant. Il peut hurler, elle vit seule dans son chenil, au milieu de nulle part. 
Elle lui apprend que, cinq ans plus tôt, alors jeune infirmière, elle a été victime d’un chauffard. 
L’accident lui a coûté une jambe. Le destin s’acharne. 
La colère d’Émilie devient aussi puissante que sa soif de vengeance.





J'étais très curieuse de découvrir ce roman, c'est un livre court, j'apprécie beaucoup l'auteur et Bob Garcia en avait fait une présentation, lors de sa chronique tv plus qu'alléchante.

Emilie séduit un homme qu'elle ramène chez elle, une fois dans la chambre tout dérape.
Il prend une balle dans la jambe et termine enfermé dans un hangar.
Le destin est parfois bien cruel et semble s'acharner à plusieurs reprises...

Descente aux enfers progressive, basculement dans la folie ou choc post-traumatique?
De nombreuses questions se posent, peu importe le lecteur n'analyse pas il prend son pied, oups c'est nase ça quand on sait que la jeune femme n'en a qu'un.

L'écriture est vivifiante, punchy et sèche, c'est très appréciable, l'auteur n'y va pas par quatre chemins et c'est terriblement bon.
L'implantation du décor et des lieux est parfaite, j'ai vraiment réussi à me projeter dans le chenil où travaille la jeune femme.

La vie est parfois cruelle, j'ai eu beaucoup d'empathie pour Emilie et sa vision du massacre de sa vie.
Parler du handicap n'est pas chose aisée, l'amputation fait partie des sujets qui mettent mal à l'aise.
Les gens préfèrent tourner la tête, sans se rendre compte que la pitié est blessante.

Je ne dirais pas vivement le prochain, car il vient de sortir, mais si comme moi vous avez raté la sortie brochée de "En douce", rattrapez-vous avec la version poche.
Ce n'est pas simplement une affirmation, c'est plutôt un ordre, oui tout à fait, mais je ne pense qu'à votre bien-être.





Marin Ledun est un romancier français et un ingénieur de recherches en sciences humaines et sociales sur l’industrialisation des rapports sociaux, le contrôle social et les technologies de l’information et de la communication. 
Marin Ledun est un auteur de romans noirs et de nouvelles à multiples facettes et particularités. 
Après un travail sur les enfants martyrs dans "Modus operandi" (Au Diable Vauvert, 2007), puis sur l’enfant cobaye et les biotechnologies, dans "Marketing viral" (Au Diable Vauvert, 2008), il poursuit sa réflexion sur le contrôle social et l’héritage culturel que le monde contemporain lègue à ses enfants dans "Le Cinquième Clandestin" (La Tengo, 2009) et "Un Singe en Isère" (Le Poulpe, 2010). 
Docteur en communication politique, il a été un spécialiste des questions liées au vote électronique. Il a publié un essai sur la démocratie assistée par ordinateur en 2005, et ses recherches actuelles portent sur l’émergence de nouvelles pathologies liées à l’organisation du travail. 
Il vient d’intégrer la célèbre collection "Série Noire" de Gallimard pour une sortie en mars 2010 de "La Guerre des Vanités" (Prix Mystère de la critique 2011).
"L'homme qui a vu l'homme" (Prix Amila-Meckert 2014), "Dans le ventre des mères", "Les visages écrasés" (Trophée 813 du roman français 2011; Grand Prix du roman noir 2012 du Festival International du film policier de Beaune et adapté pour Arte avec Isabele Adjani) ) ont été traduits dans de nombreux pays.
"Au fer rouge" sort début 2015. Suivra l'année suivante, "En douce" qui reçoit le Prix Transfuge du meilleur Polar 2016.
La plupart de ses romans évoquent la crise contemporaine et ses conséquences sociales.
Citoyen engagé dans le mouvement social radical, auteur de nombreux articles et ouvrages de recherche, marathonien, peintre et guitariste, Marin Ledun vit aujourd'hui dans les Landes près de la côte, au sud... 




2 commentaires:

  1. Chef, oui Chef !! Ok, ok, je le note... Je n'en suis plus à un près... ;)

    RépondreSupprimer