lundi 18 décembre 2017

Vices de Gipsy PALADINI






Gipsy PALADINI

Vices













4ème de couverture :
" Fais tout de même attention. C'est quand on baisse la garde que les chiens attaquent. "
Le temps où Marie se rêvait en justicière insoumise appartient au passé. Arrachée à sa campagne natale, condamnée aux artères viciées de la ville qui accueille la Brigade des jeunes victimes, où elle officie en tant que lieutenant, la jeune provinciale avale des couleuvres. Car sur le terrain, la justice est un concept. Suicides, harcèlements, disparitions, viols... Et comme si la cruauté du monde ne suffisait pas, Marie doit au plus vite se faire une place au sein d'une équipe de flics à vif.
Qui est l'homme dont Zolan crie le nom chaque nuit ? D'où vient cette fureur qui dévore Sophie ? Pourquoi, chaque premier jeudi du mois, le commandant reçoit-il toujours la même carte postale ? Voilà autant de secrets dissous dans les ténèbres urbaines au fond desquelles Marie espère enterrer le sien...
Si le monde selon Gipsy Paladini se donne sous ses atours les plus noirs, ne vous fiez pas aux apparences : sa voix est lumineuse et perce avec rage l'obscurité.





J'ai eu la chance d'être la première blogueuse à chroniquer le précédent roman de Gipsy Paladini, la première à y croire et à le crier.
Si je suis fière ? Oh oui je suis fière de cette auteure talentueuse et fière pour elle, de la voir intégrer une grande maison d'édition.

Marie fait équipe avec Zolan, ils travaillent sur le suicide d'une jeune fille qui a subi un harcèlement scolaire intensif.
Une fois dégrossi, ce qu'ils vont découvrir derrière cette vie en miettes va se révéler bien moche.

Je suis horrifiée par le harcèlement scolaire dont a été victime la jeune suicidée.
Tellement horrifiée par les descriptions et il n'est pas difficile de comprendre pourquoi.
Tout simplement parce que je les imagine dans les cours d'école, c'est criant de vérité, cette violence psychologique est insupportable.
Les monstres qui poussent leurs camarades à bout existent bel et bien, ça me laisse un goût acide dans la bouche.

Le livre est scindé en deux par deux histoires distinctes, qui va garder l'équipe de flics et pousser plus loin leur histoire, leur vie.
L'ambiance de la deuxième histoire est encore différente, d'actualité aussi, mais plus noire me semble-t-il.

Suivre ce roman est passionnant, on a vraiment envie de savoir ce que cachent ces drames, car il est évident qu'ils sont plus complexes qu'il n'y parait.
Tout ou presque est dans les sentiments, la psychologie, même si le meurtre de la deuxième partie est atroce, ma gorge s'est serrée sur le couple Marie/Zolan, amour, déception, amour, trahison, amour ou pas ...

Pourquoi deux histoires, j'aurais pu continuer longtemps avec eux, je ne veux pas que ça s'arrête, on les retrouvera c'est obligé, je n'en sais rien mais ils sont forts, vrais, ils sont là et je veux croire qu'on les retrouvera.
Cette sublime écriture a su me plaquer au mur une première fois déjà, je m'en suis délectée et je confirme encore cet immense talent.
Whou l'auteure sait secouer son public, j'en étais convaincue mais je me suis fait avoir, encore.






Gipsy Paladini commence dès seize ans à découvrir le monde et voyage de l’Autriche à l’Italie en passant par la Turquie ou encore l’ex-Yougoslavie. 
Enfin, elle se rend à San Francisco où elle séjourne pendant plusieurs mois dans une auberge de jeunesse miteuse, au milieu de dealers et de toxicomanes. 
Elle s’installe ensuite à Los Angeles où elle restera deux ans, avant de se marier et de continuer de voyager entre la France et le Brésil avec son mari, un membre des forces de l’ordre brésiliennes. 
Elle est depuis revenue habiter à Paris, avec époux et enfant.
Polyglotte (elle parle 6 langues dont 4 couramment), Gipsy Paladini a publié son premier roman, le remarqué "Sang pour sang", en 2010 aux éditions Transit.
son site : http://gipsypaladini.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/GipsyPaladiniAuteur/ 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire