vendredi 18 décembre 2015

Les histoires cruelles finissent mal (en général) de Nicolas CAUCHY







Nicolas CAUCHY

Les histoires cruelles finissent mal 
(en général)





















4ème de couverture :
Quoi de plus cruel qu'un joli conte de Noël ?Pourquoi ce cadre d'entreprise tente-t-il désespérément d'effacer son numéro de portable inscrit sur le mur ? Qui sauvera cette jeune fille offerte au caïd local ? Et qui a bien pu souhaiter la mort du grand écrivain si talentueux ?
Cette année, Noël sent le sapin avec les 24 anti-héros de ces Histoires cruelles qui finiront vraiment très mal (en général).
Petits arrangements entre ennemis et bassesses quotidiennes, micmacs de couples à la dérive et vengeances bien macérées : bienvenue dans le monde merveilleux des pères-Noël assassins et des calendriers de l'avent macabres...




La vie se montre parfois sous son plus vil aspect surtout si c'est Nicolas Cauchy qui tient les ficelles, enfin pas à tous les coups il faut le reconnaître je ne voudrais pas passer pour quelqu'un de cruel...
Pourquoi ce besoin de lire du noir mais parce que je pense qu'on s'en nourrit et qu'en chacun de nous se cache un être malsain (vous êtes en train de réfléchir là? Non parce que je plaisante, c'était de l'humour... noir...)

J'aime les contes noirs, j'aime les nouvelles courtes et percutantes et j'aime Noël, ajoutés à une plume acérée ça donne un sacré bouquin.
Si vous détestez Noël vous pouvez foncer aussi vous aurez votre revanche, c'est 50/50, pas de jaloux.

J'ai dû passer par toute les couleurs, j'ai été prise par surprise voire en traître, pour moi le lecteur doit se faire cartonner rapidement et brutalement, le challenge est amplement relevé.
J'ai vu des situations rocambolesques, loufoques, parfois drôles ou tragiques, quelques péchés capitaux aussi comme la gourmandise ou la colère.
La diversité de ces écrits sont à saluer, j'ai été stupéfaite d'horreur par moment et totalement soulagée à d'autres, une différence jouissive qui offre un excellent recueil de nouvelles.
Une alternance entre des vies sauvées, des vies perdues mais pas que...

Je découvre un auteur qui ne manque pas de ressources, la dernière nouvelle clôture fabuleusement le recueil, il s'agit d'un auteur qui a écrit un livre intitulé "Les histoires cruelles finissent mal (en général)", ses personnages, ceux qu'il a créé sont réels, vivants.
Et même si je ne peux rien dire de plus, je peux prédire une chute à vous plaquer au mur.

Je vous conseille vivement ces 24 amuse-gueules qui laissent un arrière goût acidulé, c'est cruellement succulent, à offrir ou à s'offrir sans modération !!
Ah j'oubliais, la couverture est magique on est tous d'accord mais il faut le dire.



Nicolas Cauchy est né en 1967.

Diplômé d’une école de commerce et de l’École du Louvre, il a travaillé à l’Opéra de Paris, écrit pour la revue "Classica"et la presse d’entreprise, avant d’intégrer une agence de marketing.

Auteur de plusieurs livres pour enfants, Nicolas Cauchy a été remarqué pour son premier roman La véritable histoire de mon père paru aux éditions Robert Laffont.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire