mardi 5 avril 2016

Miserabilis de Anthony SIGNOL





Anthony SIGNOL

Miserabilis











4ème de couverture : 
Rédemption : Jack a un vice. Il traque les femmes et les prend. Il vole leur âme et leur chair. Ce soir, la chasse est ouverte, sa proie est terrorisée. Mais le crime, pour une fois, n aboutira pas. Parce qu une autre femme, une qu il n a pas choisie, une différente des autres, se met en travers de son chemin... Très vite, Jack prend conscience de l étendue de son pouvoir. Et lorsqu' elle lui demande de commettre un acte encore plus effroyable, il ne peut refuser.

GalicA : La tempête approche de Galica, petite base scientifique perdue au coeur de l Antarctique. Anna, biologiste, fait partie des six chercheurs nommés pour une mission de plusieurs mois. Un soir, un de ses collègues, victime d un accident alors qu il carottait la glace, rentre à la base grièvement blessé. Anna parvient à lui sauver la vie, mais quelque chose a changé en lui. 

Éternité : Une détonation a provoqué un éboulement dans la galerie souterraine. Simon, jeune homme naïf, se retrouve enseveli. Pourtant, sa force et sa rage parviennent à l extirper de ce cauchemar. Lorsqu' il se croit tiré d affaire, et qu il atteint enfin la lumière du jour, une surprise de taille l attend à la surface. Le monde a changé. Bien des choses ont disparu, et Simon se retrouve seul. Ou presque...




Une préface de Maud Mayeras c'est une jolie surprise pour moi, j'aime énormément cette auteure et son talent.
J'ai donc commencé ma lecture en toute confiance.
Un roman noir avec un brin de fantastique qui regroupe trois nouvelles, j'aime par dessus tout le noir, j'aime le fantastique quand il est bien amené avec subtilité et j'aime les écrits courts comme les nouvelles.


Jack, le sale type par excellence est le genre d'homme que l'on souhaiterait voir balancer au bout d'une corde.
Sa spécialité : le viol.
Lors d'une agression il va être coupé net par un être particulier, qui va lui proposer un deal pour se racheter.
Les choses ne vont pas forcément se dérouler comme il l'aurait souhaité.

L'auteur a une vision de la femme qui me plait, fait involontairement rare de la part de nos écrivains la femme reste la victime par excellence.
Dans cette première nouvelle la femme est présentée comme une warrior, la féministe que je suis s'est vu ronronner de plaisir à certains moments.
Je dirais que cette première découverte littéraire est aussi cruelle que surprenante donc c'est ok pour moi.


Norman revient à la base blessé, Anna tente de recoudre les plaies tant bien que mal à l'aide d'un médecin de l'équipe de scientifiques, appelé en visio et resté à Concordia.
Ils sont six, coincés par la neige à Galica où ils enchaînent analyses et études et s'entendent à la perfection.
Toutefois depuis le retour de Norman, les événements s'accélèrent et entame violemment l'ambiance, le comportement de ce dernier devient inquiétant, la peur et la panique s'installent...

Un huit clos oppressant, mon cerveau a sacrément mouliné, je me suis demandée tout au long comment l'histoire allait se terminer.
A qui se fier ?


Simon est un gentil garçon, différent, il fait tout ce que lui dit de faire son patron et ce jour là il était au fond d'une profonde cavité quand une détonation l'a recouvert en parti de roches.
Il s'est vu mourir et quand enfin il parvient à s'extraire et à rejoindre la surface, tout a changé et ces nombreux changements n'augurent rien de bon...

Une fois de plus surprise et enthousiasmée par le final.
Toutes diversifiées, aux sujets totalement différents, lectures pour le coup courtes et distrayantes, le nouveau roman de l'auteur vient de sortir et je compte bien me le procurer et ne pas en rester là.
D'ailleurs le principe des nouvelles est réitéré, j'aime.
Une fois la dernière page tournée je me suis dit que l'imagination de certaines personnes pouvait être sans limite.
Dans le cas présent Anthony Signol m'a transportée à travers ses histoires et j'ai cru voir le pays d'Oz avec son magicien mais en version noire.





Anthony Signol vit en Corrèze près de Brive La Gaillarde et travaille en Haute-Vienne. 
Friand d'angoisse et de peur, il nous plonge dans des situations délicieusement effrayantes... 
L’Aube des fous réunit ses premières Histoires terrifiantes, et connait déjà un très bon accueil des lecteurs adeptes de ce genre littéraire. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire