lundi 18 avril 2016

Soul of London de Gaëlle PERRIN-GUILLET



Gaëlle PERRIN-GUILLET

Soul of London





4ème de couverture :
Londres, 1892.
Un climat de peur.
Un flic qui boite et un jeune orphelin.
Tous deux face à un meurtre...
... dont il ne fallait plus parler.
Jouant avec un côté « Sidekick », Soul Of London nous plonge dans une atmosphère londonienne fort bien documentée. Ce nouveau thriller, de Gaëlle Perrin, se révèle être aussi distrayant qu'angoissant.




D'entrée il faut que je pose les bases pour plus de clarté :
- Londres : j'adore.
- L'écriture de Gaëlle Perrin : j'adore.
- La couverture : je l'adore.
Je suis l'auteure depuis maintenant quelques années, replonger avec elle est toujours un plaisir.

Henry est un policier anglais rétrogradé dans un placard suite à un accident.
Fini le terrain, sa mobilité étant affectée il doit se contenter des chiens perdus et autres affaires minimes.
Pourtant les chiens retrouvés mutilés se succèdent et ça commence sérieusement à sentir mauvais, son flair aiguisé va le mener sur les traces d'un meurtrier terrifiant qui très vite ne se satisfera plus de ce genre de proies...

Et quel plaisir, l'ambiance créée est lourde, sombre, mystique et rétro, toute l'essence de la vie londonienne des années 1890 est captée parfaitement.

Au bout de quelques pages je me suis laissée surprendre avec tout un tas de questions qui ont ressurgi sur une des morts suspectes.
Arrivée à ce passage, il était trop tard mes doigts étaient coincés dans l'infernal engrenage et je n'ai même pas cherché à les retirer.

Je me suis retrouvée au milieu d'une ode à Jack l'éventreur, à Conan Doyle et à Oliver Twist, imaginez le trip d'un tout réuni en un seul thriller, la nostalgie, le souvenir du sang et la perfection de démêler une intrigue.
Un sublime trip qui comme je l'ai déjà évoqué concernant l'écriture de l'auteure me plonge dans une impression de conte à la Dickens et oui encore, ça s'appelle une magnifique performance tout simplement. 

Que vous dire de plus, j'ai tout aimé, retourner à Londres, les noms anglais des personnages, l'atmosphère noire, l'avancée de l'enquête... Si juste une chose, craquez !!!






Gaëlle Perrin-Guillet est secrétaire de mairie le jour et auteur de thriller la nuit. 
Depuis toujours amatrice de romans noirs, elle s’essaie à l’écriture en 2000. 
Après deux romans auto-publiés (« Le Sourire du diable » en 2010 et « Au fil des morts »en 2011), elle participe à deux recueils des « Auteurs du noir face à la différence » (en 2012 aux éditions JIGAL puis en 2013 à L’atelier Mosesu).
Haut-le-cœur (2013) est son premier roman publié aux Editions Rouge Sang.
Elle vit à Lyon.

page Facebook:
https://www.facebook.com/pages/Gaelle-Perrin-auteur/174486709240653 




Aucun commentaire:

Publier un commentaire