jeudi 14 avril 2016

Stan Kurtz Série B volume 6 Terribles tropiques de Marc FALVO

    


Marc FALVO

Stan Kurtz :
Série B volume 6/6
Terribles tropiques




4ème de couverture : 
Où j’en suis, déjà ? 
Ah ouais, c’est le bordel chez les Kurtz. Pour changer. 
Et ça s’arrangera pas avec ce nouvel (et dernier ?) opus, qui promet autant qu’un politicard en campagne. Sea, sex and sun, avec un énième retour du pater, les Boum et Bang agitant mon cœur blessé, quelques énigmes retorses puis un soupçon de pop music… Votre Infra-détective sous le feu des projos et celui des balles, avant un climax disons… Torride. 
Pas de doute mes loulous, l’été sera chaud. 





Voilà c'est fini, je termine la série c'est donc l'heure du bilan alors je regarde en arrière et je me dis que ces six tomes m'ont marquée par leur originalité et leur folie. Ils resteront dans ma tête c'est certain.
En plus quel superbe visuel dans ma bibliothèque.





Pour ce bouquet final, il va falloir rendre des comptes, pour Stan notre bonne poire de détective la coupe est pleine.
Il arrive un moment où les cachotteries doivent cesser et les abcès être crevés.
Notamment avec le révérend, ce grand psychopathe qui pourrit la vie de Stan depuis bien trop longtemps.
Il est temps de lui rendre l'ultime visite, alors raclée or not raclée?

J'ai adoré cette aventure pour le moins déconcertante, je n'en attendais pas moins soyons honnête.
Je reste persuadée que vous avez lu des tonnes de récits dangereux mais pas celui-ci, il est unique, c'est en partie à cause ou grâce au personnage principal, à votre bon choix.
Ce qui est certain c'est qu'une lecture pareille vous donne la pêche pour un bon moment.
C'est assez ce que j'imagine des effets de l'ecstasy, les sens se mélangent, rien ne semble vrai et pourtant tout est si réel.
Ça c'est le ressenti Stan Kurtz, accoutumance, détente, hallucinations voire démence...

Quoi de plus important que de ressentir à travers sa lecture, j'ai ressenti mille et une choses, je me suis surtout marrée, challenge plus que remporté. 
L'auteur n'a pas son pareil pour inventer des mots, en mixer deux pour en donner l'explication ou le nombre de points, j'en suis morte de rire à chaque fois c'est pas possible autrement.

Les dernières pages m'ont arrachée un smiley de dingue, y a vraiment que Stan pour nous faire un coup pareil mais chut, ne jamais compter sur moi pour vendre la mèche.
Je ne vois qu'une seule solution : La librairie.




Marc Falvo est écrivain, auteur de romans policiers, dramaturge et scénariste. Il est né à Lille. Marc Falvo intègre la formation Médiation Culturelle en 2002 à l’université Lille 3. A la fin de sa première année, il se spécialise en cinéma, avant d’obtenir en 2007 sa licence en théâtre. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire