mercredi 11 mai 2016

La promesse de Cédric CHAM








Cédric CHAM

La promesse
























4ème de couverture :
Après avoir assisté à l'assassinat de sa femme, un flic brisé retourne son arme contre lui. Sorti du coma, il ré-apprend à vivre pour respecter sa promesse : faire payer les assassins.Mais que peut un homme, seul, face à une entité du mal ? Dans un univers proche des polars coréens, entre violence, psychodrame et noirceur, « La promesse » est un thriller habile, surprenant... somptueux.



Quelques lignes seulement ont été utiles pour faire clignoter un endroit bien spécifique dans mon cerveau.
Ni scientifique, ni professeur en médecine je ne vous expliquerais pas le phénomène ou encore l'endroit précis, en revanche parler de ce que je ressens ça c'est facile et ça se passe tout de suite.

Samuel se réveille à l’hôpital après un coma, il s'est tiré une balle dans la tête et s'est visiblement raté.
Le but étant de rejoindre sa compagne, violée et massacrée sous ses yeux dans leur nid d'amour.
Avant cet épisode ignoble Samuel était flic, il a fait une promesse et va remonter la piste des assassins.
La vraie question est pourquoi? 
Difficile à démêler quand on évolue dans un tel milieu...  

L'auteur a fait passer la douleur que procure la perte de sa moitié, son âme sœur, c'est dur mais ça sonne tellement juste qu'on ne peut qu'en souffrir aux côtés du personnage principal.

Même si le sujet est souvent repris l'auteur a su lui donner une forme propre à lui-même, une jolie impulsion, il y a déposé sa patte et d'ailleurs je n'ai pas marché j'ai couru.

J'aime cette idée de vengeance qui est irréalisable à la base dans la vraie vie, peut-être suis-je dérangée sur le plan psychiatrique mais j'ai tripé comme une dingue sur les scènes les plus noires.
Je pense qu'on doit être nombreux à être capable du pire si on faisait du mal aux nôtres.

Je me suis rendue compte à une vitesse fulgurante que cette écriture que je ne connais pas à la base m'avait prise dans ses filets.
J'ai tout simplement adhéré, ça colle à mon style de prédilection, la vitesse qui vous laisse à bout de souffle, l'action, le sang, ça cogne, j'en ressors avec une très belle impression.
Je l'ai d'ailleurs presque englouti sur un dimanche, vous comprendrez aisément qu'il est impossible à poser.




La bonne trentaine, demeurant dans le 42, Cédric Cham travaille au sein de l'Administration Pénitentiaire Française, ce qui lui vaut de confronter au quotidien récits sombres et réalité.

Passionné de littérature noire, il développe avec "La promesse" un récit maîtrisé et très cinématographique, où planent les ombres de Park Chan-Wook et de Kim Jee-Woon.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire