lundi 27 mars 2017

Dysfonctionnement de l'être de Gaylord KEMP








Gaylord KEMP

Dysfonctionnement de l'être











4ème de couverture : 
Le mal sommeille en chacun de nous comme un fauve endormi qu’un tout petit rien pourrait réveiller, pour le pire. C’est cet éveil, ce jaillissement de sauvagerie, cette explosion de folie, ce moment de non-retour, que les six histoires du recueil mettent en scène. Sous vos yeux, des hommes et des femmes ordinaires vont perdre le contrôle et céder à leurs instincts primaires. L’alcool, la drogue, la maladie et même l’amour apparaissent alors comme autant de facteurs aggravants de leurs désordres internes. Chaque récit fait référence à une chanson de la scène rock française et en porte le titre. Tout à la fois la fois désespérée, acide, cynique et tendre, voici donc la bande-son de vos idées noires. Prenez garde, le Dysfonctionnement de l’être vous guette peut-être, vous aussi, à votre insu. Durant plusieurs années, Gaylord Kemp a tenu un blog spécialisé dans la littérature noire. Il est également le créateur du Salon du polar de Nœux-les-Mines et des éditions Aconitum, qu’il dirige.






En lisant la 4ème de couverture je me suis dit que le sujet était intéressant et j'ai été très curieuse de voir Monsieur tout le monde glisser du côté obscur.

Gaylord Kemp nous propose plusieurs nouvelles ayant pour titre, un titre de chanson.
Comme il l'explique lui-même, il s'en est inspiré pour imposer le rythme de chaque histoire.
Et je trouve que c'est une bonne idée de se laisser guider par une impulsion musicale.

Ce que j'aime le plus dans une nouvelle c'est la chute, l'auteur sait qu'il a peu de temps pour happer son lecteur et le final en est d'autant plus surprenant.
Dysfonctionnement de l'être ne fait pas exception, j'ai ressenti tout un tas d'émotions, la surprise, la jubilation, la peur, l'horreur et bien d'autres.

Je ne connaissais cette maison d'édition que de loin, voilà l'occasion d'approcher un de leurs livres, j'ai aperçu d'autres têtes connues, il faudra donc se pencher sur leurs publications, chers lecteurs.
Gaylord, lui, c'est une valeur sûre, je le suis dans ses différents styles d'écritures même en jeunesse.
Son livre est court et percutant, c'est tout bon pour moi et puis je ne le répéterais jamais assez, mais les nouvelles c'est mon dada.

Les différentes histoires sont pertinentes et retiennent l'attention au point qu'il est difficile de couper sa lecture en plein milieu d'une des nouvelles.
Il est question d'accident idiot, de meurtres prémédités ou non, mais surtout de cette frontière à ne pas franchir.
Celle qui, une fois de l'autre côté, fait de l'homme un monstre.
Les causes sont nombreuses et parfaitement exploitées, il y a le pétage de plomb dû aux brimades répétées... En fait j'en ai assez dit c'est à vous de jouer maintenant.






Nordiste de 35 ans, Gaylord Kemp a tenu pendant trois ans un blog spécialisé dans la littérature noire. Fort de cette expérience, il passe de l’autre côté de la page en écrivant des nouvelles. Les métiers du livre le passionnent et, en avril 2016, il devient responsable éditorial des éditions Aconitum. Il écrit également pour la jeunesse. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire