jeudi 19 novembre 2015

L'embaumeur, La mort dans les veines de Samuel SUTRA






Samuel SUTRA

L'embaumeur, 
La mort dans les veines











4ème de couverture : 
Franck Morel, chercheur à l Institut Pasteur, achève ses travaux sur un virus tueur, le plus dangereux qu il ait été amené à étudier. Puis sans raison apparente, il décide de traverser Paris pour aller se jeter dans le canal Saint-Martin. On ne retrouvera pas son corps. Sa fille décide de raconter tout ce qu'elle sait, mais à un seul homme : Luc Mandoline, alias l'Embaumeur. Dans cette affaire où tout le monde ment, on ne cherche pas la vérité. On court après un secret qui pourrait valoir de l or, et que le cadavre introuvable de Morel a emporté avec lui...



Non seulement contente de retrouver Luc Mandoline de la série "L'embaumeur", je retrouve Samuel Sutra dans un style encore différent.
Son franc parlé, ses comparaisons qui fleurent bon le français moderne et bien balancé, sans oublier son humour incomparable voire indomptable.
Vous êtes en train de vous demander si je parle de l'auteur ou du personnage ah ah débrouillez-vous, pour le savoir lisez "La mort dans les veines" !!!!

Le professeur Morel semble être arrivé au bout de ses peines, il a fait une découverte notoire en matière de recherche et de virus.
Quand sa fille est appelée en pleine nuit, suite à son suicide, on lui indique Luc Mandoline, il semblerait que lui seul peut l'aider.
Certaines actions clandestines ne sont pas bonnes à dévoiler à la police, seulement voilà Luc est en vacances et n'aspire qu'à une chose qu'on lui foute la paix et qu'on ne lui parle pas de cadavre.
Cette fois pas de trifouillage de viscères, il s'agit de remonter une enquête pour justement découvrir ce qu'est devenu le corps du professeur Morel.
Celui-ci est bien arrivé à la morgue mais a disparu aussi sec.

Cette enquête prend une place importante en terme de taille dans le roman et je ne vous cache pas qu'il s'agit là du point fort, c'est passionnant tout simplement.
Tout au long de ma lecture j'ai ressenti de la satisfaction, je me suis éclatée.

J'ai beaucoup aimé l'évolution de la relation de Luc et de sa meilleure amie Elisa, j'ai été touchée, j'ai vu passer pas mal d'émotion.
Le personnage de Luc est vraiment excellent, sa non-nonchalance, son côté glandouille et frondeur mais qui est doué malgré tout et avance à grands pas.
Il a d'ailleurs pris de sacrés risques car il n'est pas flic et ce qu'on lui demande dépasse non seulement le bonhomme mais aussi ses compétences, le tout est de ne pas jouer les équilibristes trop longtemps... pour ne pas tomber...

Cette série est devenue une institution littéraire et si vous ne connaissez pas encore, la commencer avec celui-ci est une excellente initiative.
Vous pouvez encore commencer par les premiers ou vous arrêter sur vos auteurs fétiches ou encore vous faire une idée avec mes petits avis.




Ce Sutra est un excellent cru j'ai juste adoré, ne cherchez pas plus loin il vous le faut !!! J'aime, J'aime, J'aimeee.




Après des études en Histoire de l'Art, il a obtenu une maîtrise de philosophie à la Sorbonne Paris IV.

Il a été publié par les éditions Terriciae, puis Sirius, et aujourd'hui par les éditions Flamant Noir lesquelles, après avoir publié "Le Bazar et la Nécessité", ont racheté les droits de ses précédents livres, notamment sa série Tonton.

2014 "Kind of black" a gagné le prix du balai d'or 2014 









Aucun commentaire:

Publier un commentaire