mercredi 20 février 2019

Inexorable de Claire FAVAN





Claire FAVAN

Inexorable















4ème de couverture :
Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.
Inexorables, les conséquences des mauvais choix d'un père.
Inexorable, le combat d'une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l'éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l'engrenage...
Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.






L'auteur de la préface est Gabriel Favan, le fils de Claire Favan, il y parle de la différence et du handicap à l'école.
Quelques secondes ont suffi à me dresser les poils sur les bras.
J'ai été prévenue à plusieurs reprises, ce roman n'est pas un thriller et ne doit pas être lu comme un thriller.
J'aime tellement l'autrice, (tiens ça change autrice, j'aime bien) que peu importe le style, je veux tout lire d'elle, je suis une inconditionnelle, sans parler que le fait de se renouveler ne fait pas de mal. 
D'ailleurs, j'ai vite senti que le sujet allait me toucher, j'ai une petite fille différente ou presque différente et j'ai connu les galères dans ces écoles totalement inadaptées, où les enfants doivent rentrer dans des cases. 

Alexandra tombe de haut quand la police fait irruption chez elle, pour interpeller son mari.
Milo, petit garçon de 4 ans, est traumatisé par la violence du réveil.
Depuis, tout va mal pour lui à l'école, il est victime d'un trop-plein d'émotions qu'il n'arrive pas à gérer.
La jeune maman se sent rejetée de partout et peine à assimiler la situation.

C'est tout à fait le roman qu'il me fallait après un petit burn-out littéraire, trois semaines à stagner sur le même bouquin et un mois et demi de panne.
On y rentre comme dans du beurre, Claire Favan est ma sauveuse, les pages défilent seules et c'est bon pour moi, je suis à nouveau en selle.

Voir le harcèlement de rue dans un livre, fait mon bonheur, car ce n'est pas juste une invention de féministes pour emmerder le monde.
C'est une violence à ne pas banaliser, on ne va pas dans la rue pour faire une rencontre, donc la femme ne consent pas à l'échange, qui finit par une insulte dans le meilleur des cas et à une agression physique ou sexuelle dans l'autre.
On ressent réellement la peur de la jeune femme dans le roman, j'espère que ça ouvrira quelques chakras. 

Il est humain de souhaiter le meilleur pour ses enfants, les voir partir dans la mauvaise direction, doit être une douleur atroce, car il arrive un moment où on ne contrôle plus rien, ils agissent seuls.
Les parents n'ont que leurs yeux pour pleurer...

Stress, désespoir et impuissance montent crescendo, quel talent !
Jusqu'où l'amour parental est-il capable de vous porter ?
Sublime roman noir qu' "Inexorable", aussi beau et fort que l'instinct maternel.







Claire Favan est une femme de lettres française, auteure de roman policier. 
Mère de famille parisienne, elle travaille dans la finance et écrit sur son temps de loisirs. 
Son premier roman, "Le Tueur intime" (Les Nouveaux Auteurs, 2010), a remporté le Prix VSD du Polar 2010 ainsi que le Prix Sang pour Sang Polar en 2011. "Le Tueur de l’ombre" (2012), son second roman, clôture le diptyque sur le tueur en série Will Edwards.
Elle participe aux "Les aventures du Concierge Masqué" (2013) puis aux recueils de nouvelles des auteurs du noir: "Santé!" (2013) puis à "Irradié" (2014).
Son troisième livre, "Apnée Noire" est paru aux Éditions du Toucan en janvier 2014. En 2016, Claire Favan revient avec un thriller d’une noirceur absolue : "Serre-moi fort". Elle enchaîne en 2017 avec un nouvel ouvrage intitulé "Dompteur d'Anges".
page Facebook : https://www.facebook.com/claire.favan 





Aucun commentaire:

Publier un commentaire