vendredi 4 mars 2016

R.I.P Requiescat In Pace de Patrick CAUJOLLE






Patrick CAUJOLLE

R.I.P
Requiescat In Pace












4ème de couverture :
« Repose en paix » dit la locution latine.  En cet hiver 2012, ce n est pourtant pas le repos que va trouver  dans  l’Aude le capitaine de police Gérard Escaude. Bugarach, Rennes-leChâteau, autant de mystères, autant de lieux où la fin du monde est aussi celle de plusieurs femmes. Une ultime bénédiction, comme on paye le prix de ses pêchés, comme on s’acquitte du poids de son talent, comme si la mutilation se voulait créatrice.     En ce mois de décembre glacial, autour d’illuminés qui font tout pour que lumière se soit pas faite, il n’y a pas que le monde qui s’apprête à disparaître.     Après « Beau temps pour les couleuvres », c’est toujours avec humour et au plus près de la réalité du terrain que Patrick Caujolle nous plonge au cœur de cette action policière qu’il connaît si bien. Vous avez demandé la police ? Ne quittez pas, elle est dans ces pages.

En savoir plus sur http://www.editionsducaiman.fr/boutique/polars-en-france/r-i-p.html#z VmJKHm5sOKyMIxz.99





Patrick Caujolle souffle un coup de frais sur la chaleur ressentie dans le sud.
Toulouse et Carcassonne c'est non loin de chez moi ça, mes écoutilles se sont ouvertes d'un coup enfin mes yeux surtout.

Gérard Escaude est désigné pour travailler sur le décès d'une auteure, survenu lors d'un salon du livre, à côté de Carcassonne.
Il est assez évident que la mort n'est pas naturelle au vu de la main manquante de la victime.
Une jeune flic de la PJ va être amenée à former un binôme avec Gérard, une expérience peu évidente pour un couple bien mal assorti.
D'autres meurtres vont suivre et faire monter la pression, il va devenir urgent de retrouver celui qui s'amuse à découper des femmes.... 

J'ai apprécié que le Maire fasse parti de l'équation et oui on y pense peu mais en cas de décès, provoqué ou non, il faut passer par la case mairie.

Un meurtre dans un salon du livre? Tremblez chers lecteurs, vous en faîtes beaucoup je pense, en voila une idée originale.
Tiens d'ailleurs je vais rencontrer l'auteur ce week end, je resterai sur mes gardes, promis.

Le contraste entre une collègue moderne et Gérard, un flic de la vieille école est intéressant, deux points de vues opposés, deux méthodes de travail différentes.
Si on regarde plus loin que l'enquête en elle-même, divers sujets ayant un lien entre eux sont évoqués.
Le fonctionnement et la réalisation d'un tel travail au sein de la police mais aussi celui de l'administration assez peu en phase avec le terrain, sans oublier le rôle de chacun.
Petit aparté intéressant, quand on sait que l'auteur fait parti ou a fait parti de la grande maison.

Une pointe d'humour est savamment glissée ça et là, au fil des mots, je parlais de fraîcheur et bien nous y sommes, c'est un trait du récit que j'ai aimé.
D'ailleurs n'y aurait-il pas un semblant d'autobiographie dans le personnage de Gérard je suis assez curieuse.
Alors bien sûr pas sur le côté un peu vieux jeu et porté sur la boisson (jaune de préférence avec une touche anisée, mordorée ou maltaise au choix) non mais plutôt sur le parcours professionnel.
Je vais mener ma petite enquête, je suis intriguée.




Auteur aux éditions De Borée, Patrick Caujolle, né en 1958, est originaire de Daumazan sur Arize, en Ariège, commune où se sont installés ses ancêtres en provenance de Contrazy. Fonctionnaire de Police à Toulouse, il publie son premier recueil de Poésie en 1988. 














Aucun commentaire:

Publier un commentaire