mardi 7 juin 2016

La nuit n'est jamais complète de Niko TACKIAN







Niko TACKIAN

La nuit n'est jamais complète
























4ème de couverture :
La route à perte de vue au milieu d’un désert de rocaille. Arielle et Jimmy parcourent le bitume au volant de leur vieille Ford. Mais quand le père et la fille tombent sur un barrage de police et sont obligés de passer la nuit sur place tout dérape… Ils se réveillent seuls, abandonnés, naufragés de l’asphalte. A quelques kilomètres de là, deux immenses tours métalliques se dressent, cadavres rongés par la rouille et le temps. Quelques maisons en tôles froissé se serrent pour se protéger du vent. Cette ancienne mine sera leur refuge. Ou leur pire cauchemar…
Mais ce voyage au cœur des ténèbres est-il vraiment un hasard ?



Il y a des envies qui ne s'expliquent pas, comme l'envie de lire un auteur en particulier, un nom, une gueule peut-être, je ne l'explique pas mais par contre je pense qu'il faut toujours s'écouter.

Jimmy entraîne sa fille Arielle sur la route, quand ils sont stoppés par un barrage policier en pleine pampa.
La route s'est semble-t-il effondrée quelques kilomètres plus loin, ils vont devoir passer la nuit dans leur voiture ainsi que plusieurs personnes dans le même cas.
Le lendemain ils se réveillent tous très tardivement et se rendent compte qu'ils ont sûrement été drogués par le café.
Quand ils décident de reprendre la route, toutes les batteries des voitures sont hors service.
Partir avec des inconnus, au milieu de rien et avec très peu d'eau va se révéler stressant, voire dangereux...
Quand le manque du minimum vital vient à se faire sentir ils ne pourront plus compter les uns sur les autres.
Arriveront-ils à quitter ce lieu hostile et désertique ? 

Je me suis sentie sous pression du début à la fin, il est évident qu'au vue des circonstances les personnages vont devoir faire les bons choix pour rester vivants.
Dans la vie il y a parfois des conséquences au bout, ici elles sont démultipliées, il va falloir réfléchir et bien car le danger est partout, les dilemmes nombreux.
Le but est assez simple en fait, rester en vie et c'est ce qui va primer au fil du récit.

La mise en situation est intéressante elle permet de recentrer ses priorités quand notre seule préoccupation, englués dans notre quotidien, est de se demander ce qu'on prépare ce soir pour le repas.
L'air est irrespirable, lourd, électrique et alarmant, le travail autour de l'ambiance est diabolique. 

Cette histoire est très visuelle, on peut facilement mettre un visage sur l'un ou l'autre ou encore imaginer les lieux et les bâtisses, j'ai toujours en tête que l'auteur est aussi scénariste et que du coup cela n'a rien d'étonnant de voir des descriptions appuyées et fournies.
J'aime me projeter dans ma lecture et c'est pour le coup parfaitement réalisable et d'autant plus facile.

J'ai été touchée par le lien qui unit le père et la fille, c'est très fort, on sent que leur but est vraiment de préserver l'autre car ils sont tout ce qu'ils ont dans la vie.
Si l'un venait à mourir ce serait insurmontable pour le survivant.

Je me suis dis c'est une blague qui leur est faite, ils vont se réveiller et on va leur dire que c'est une caméra cachée, qu'ils peuvent repartir...
Pour faire bref vous aurez compris qu'on nage en plein cauchemar, le danger est partout mais il est difficile de savoir d'où il vient.
Un ami m'a demandé de quoi parlait ma lecture en cours, il a été assez difficile de lui expliquer en fait.
Je sentais la menace gronder au dessus des têtes mais l'auteur laisse planer une incertitude sur ce qu'il se passe, la mise est placée sur le dénouement.
Là vous comprendrez tout, chaque morceau trouvera sa place pour s'y imbriquer.
Je me suis même demandé s'il s'agissait d'un roman fantastique pendant un moment d'interrogation.

D'ailleurs le final je me le suis pris en pleine figure, d'une dureté particulière et incomparable, j'étais vraiment à dix kilomètres de soupçonner une chose pareille.
J'ai beaucoup aimé cette découverte, c'est très fort vraiment et je reste avec cette jolie impression de n'avoir jamais rien lu de tel.







De l’écriture à la réalisation, Niko Tackian s’exprime avec le même engouement au cinéma, en bande dessinée, à la télévision et dans les jeux vidéo. Il a écrit une vingtaine de films et réaliséAzad, primé dans de nombreux festivals à travers le monde.
Après une minutieuse enquête sur le phénomène de la mort imminente, il écrit Quelque part avant l’enfer, son premier roman qui gagne le Prix des Bibliothèques et des Médiathèques de Grand Cognac.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire