mardi 7 juin 2016

La position des tireurs couchés de Nils BARRELLON






Nils BARRELLON

La position des tireurs couchés













4ème de couverture : 
S'appeler Zlatan, attendre et viser juste
Tirer pour tuer
Rentrer chez soi
Mais surtout...
Faire gaffe sur la route !




La question que je me suis posée en commençant ma lecture c'est : Alors humour or not humour?
Je lis et j'aime ce qu'écrit l'auteur depuis ses débuts, vous pourrez trouver mon avis sur son précédent roman ci-dessous.




Zlatan a le difficile métier de tireur de haute précision à la BRI, en gros il est payé pour dessouder, dézinguer ou encore tuer.
Lui vous dira que non, son boulot c'est tirer avec tout ce que ça implique comme préparation physique et mentale.
Rapidement ce dernier va recevoir des menaces de mort et il va falloir surveiller ses arrières car  de nombreuses personnes vont tomber raides mortes sur son chemin...

Le sujet en question, cette profession si discrète où il s'agit de faire preuve de maîtrise et de précision.
Des recherches ont été nécessaires pour explorer ce milieu méconnu et j'ai plus qu'apprécié d'apprendre ses tenants et aboutissants.
Il est toujours agréable de fouiller dans ce que l'on ne connait pas, j'en ressors avec l'impression de me cultiver ce qui n'est jamais inutile n'est ce pas.

J'ai eu la surprise de retrouver le commissaire Kuhn, personnage récurent des précédents écrits de Nils Barrellon.
Je l'ai trouvé particulièrement sage et sérieux et oui tout le monde vieillit.
Donc pour répondre à la question il n'y a pas une once d'humour, l'auteur a pris un virage à angle droit en nous servant un roman extrêmement dur et froid.
Entre les lignes ont filtré du sang et des larmes, quand on s'apprête à comprendre le climat n'est pas au beau fixe.

Intrigué c'est le cas, le lecteur ressent une vieille histoire de rancunes et de vengeance mais se demande ce qu'il a bien pu se passer dans la jeunesse du personnage principal.
De vagues allusions sur ses origines et sur la guerre de Sarajevo permettent un léger doute.

J'ai eu terriblement de mal à déglutir face à la sentence finale, une boule amère s'est formée dans ma gorge, il ne tient qu'à vous de découvrir pourquoi.
Je ne dirais qu'une chose de plus, Nils Barrellon m'a laissée sur le carreau, quelle évolution j'adore !!!




Nils Barrellon est professeur agrégé de sciences physiques au lycée Rodin à Paris. Il est marié et père de trois enfants.
Il a commencé à enseigner en 1996 et est professeur de lycée depuis 2003. 
Il signe avec "Le Jeu de l'Assassin" (2014) son premier roman qui a été finaliste du Prix Quai des Orfèvres 2013, du Prix Balai de la Découverte 2014 et du Prix Polar Lens 2015.
En mars 2015 sort le deuxième épisode des enquêtes du Commissaire Kuhn intitulé "La fille qui en savait trop".
Il est également l'auteur de de nouvelles et de pièces de théâtre dont l'une a gagné le Prix de la Comédie au Festival de Dax en 2004.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire