lundi 3 avril 2017

Résilience de Damien LEBAN







Damien LEBAN

Résilience























4ème de couverture :
Sur la tempétueuse île de Vinalhaven, l'éminent truand George Karletti est torturé à mort devant sa famille. Le shérif local bâclant volontairement l'enquête, ses deux adjoints reprennent discrètement l'investigation.

Entre chasse à l'homme, pression de la mafia et influences politiques, l'archipel maudit est alors mis à feu et à sang...

Après "Le sanctuaire d'Ombos" (Prix VSD du polar) et "Les héritiers des ténèbres", Damien Leban revient en force avec cette sombre pépite hantée de scènes... pétrifiantes.







J'ai été stupéfaite par certains détails qui rendent les scènes fortes et crédibles.
L'immersion en est que plus réussie.

Charline et son fils Kévin reviennent des courses, ils habitent sur l'île de Vinalhaven.
Ils se hâtent de rentrer chez eux, une vraie tempête est en train d'éclater.
Un étranger parvient à s'introduire dans la maison, il commence par tout casser, mais la nuit va vite tourner au pur cauchemar.

Le rôle du shérif est démentiel, cet homme qui représente la justice et la droiture bat sa femme et terrorise ses enfants.
Bref, c'est une vraie pourriture.
Le grand écart entre l'homme et la fonction assurée est réussi, ça fait un sacré effet.
Après tout y a-t-il un homme bon derrière chaque profession en lien avec la justice ? Ce n'est ni une évidence, ni une garantie.

Quand on sait qu'une famille de mafieux est visée, il y a de quoi s'interroger.
Et qu'y a-t-il de plus agaçant que de se rendre compte que la famille en question souffle le chaud et le froid sur l'île et au-delà.
Les deux adjoints du shérif ont également un rôle clé, attachants et parfois marrants, ils relèvent le niveau de la profession et les magouilles détestables de leur supérieur.

Le lecteur va adorer ce qu'il va trouver dans ce thriller, à n'en pas douter, certaines scènes noires sont plutôt croustillantes. (enfin pour l'amateur de thriller, n'y voyez rien d'érotique)
Certaines sont dures, voire sadiques, mais sans tomber dans le gore, elles combleront les fans du genre.

Se faire surprendre et bousculer par les événements est jouissif, je suis peut-être candide, mais je n'ai rien vu venir, ni revenir.
J'ai simplement senti un grand coup derrière la tête, pour me laisser ko, puis groggy et hallucinée au réveil.

Damien Leban n'a rien à envier aux plus grands auteurs de thriller français, il en possède la maîtrise et la beauté littéraire.
J'ai été scotchée du début à la fin, c'est tellement bon d'assister à ça.
Après tout je ne suis pas étonnée, son précédent roman était déjà de qualité, il n'a fait que monter en puissance et prendre de l'expérience.
J'ai envie de dire à tous les lecteurs qui existent sur cette planète, lisez ce livre, donnez-lui le succès qu'il mérite.
Vous voyez une déclaration d'amour littéraire ? Et bien ça en est une.





Damien Leban est né en 1982 dans le Nord, marié, un enfant, ch'ti d'origine, picard d'adoption. Il est professeur de Sciences-Physiques et amateur de policiers et de thrillers fantastiques.
Le Sanctuaire d'Ombos est son premier roman. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire