mercredi 6 janvier 2016

Dari Valko, opération bigoudis de Ben ORTON






Ben ORTON

Dari Valko, 
opération bigoudis






















4ème de couverture :
Tsé, nous autres au Québec on a un dicton qui fait : quand le caribou est en rut, va pas couper du bois seul dans la forêt !''. Ça veut dire cherche pas les ennuis, l'ami. Et moi, on peut pas dire que je les cherchais, les ennuis, câline : je suis coiffeur pour dames. Mais qu'est-ce tu veux, quand ça pète une coche ben raide, t'peux rien faire. Pi ça fait que c'est pas d'la neige qu'est tombée mais bel et ben d'la marde. Et c'est tombé d'un coup, même pas le temps de mettre l'anorak ! Alors, heureusement que pour m'aider, j'ai pu compter sur ma femme, parce que niveau secours, c'tait l'grand Nord ! En plus, tu sais-tu pas la meilleure ? Un gang de requins marteaux-piqueurs tournait autour de mon bungalow pour en faire un parc de stationnement. J'te niaise pas ! Et l'sirop d'érable su'l'pancake, c'est qu'toute c't'affaire s'est conclue d'une façon qu'est pas disable, complètement fou raide ! Tabarnouche !



De l'humour et de la légèreté à volonté ça fait vraiment du bien.
Il s'agit de mon deuxième livre lu de l'auteur et je retrouve cette décontraction que j'apprécie tant quand le personnage du livre s'adresse au lecteur.
C'est vraiment une spécificité qui me fait marrer.

La couverture fait rêver, on est d'accord elle est excellente cette couverture et justement je peux dire qu'elle est raccord avec le sujet puisqu'il s'agit d'un coiffeur.

Jimmy est apprécié dans son quartier, il est élu président que la co-propriété de son immeuble, il y tient un salon de coiffure.
La vie y est assez paisible malgré quelques voisins haut en couleurs, jusqu'à la visite des deux frères Perrogni qui veulent racheter l'immeuble pour en faire des appartements design pour cadres friqués.
En gros tout le monde dehors, les menaces tombent et les accidents se cumulent...
Mais où est encore passé Dari Valko, le personnage clé de la série, son aide ne serait pas de trop.

Les expressions utilisées en guise de jurons sont plutôt hilarantes mêlant originalité et style canadien.
Mais un semblant de style canadien hein.

Cette lecture est courte et divertissante, elle ne manque pas de rebondissements avec tous les habitants de l'immeuble, je valide !!



Banlieusard né fin 70, artisan du polar urbain à la première personne, Ben Orton vous emmène à travers son personnage Dari Valko, un garde du corps grande gueule au grand cœur, à la découverte d'un univers contemporain féroce et drôle. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire