lundi 4 janvier 2016

Le mal de la mer de Olivier Michael KIM




Olivier Michael KIM

Le mal de la mer












4ème de couverture :
Au large de l'Atlantique, un cadavre est retrouvé. Ses lésions singulières ne correspondent à aucune pathologie connue... Le lendemain, les autorités ferment les bassins ostréicoles d'Arcachon. Deux mois plus tard, à Royan, une jeune femme est conduite aux urgences. Elle montre des symptômes inexplicables pour la science actuelle. Dans le même temps, Emmanuel, informaticien dans un hôpital, est placé en garde à vue. Ses documents mentionnent un patient décédé avec des stigmates analogues aux précédentes victimes. Emmanuel est finalement relâché. En dépit des menaces, il cherchera l'origine d'un mal qui entoure les parcs ostréicoles. Serait-on face à une épidémie d'un nouveau genre? Olivier Michael KIM a remporté le deuxième trophée du PRIX NUITS NOIRES du Polar Autoédité en 2015.



Le commencement est un petit peu abrupt, quand tout est posé, on se rend compte du contraste, c'est une corrélation appréciable.
Ça me fait penser à la sensation éprouvée en voiture lors d'un changement de vitesse, lorsque les rapports s'enclenchent.

J'ai croisé des passages qui frôlaient la poésie, beaux et noirs, serais-je face à un poète du noir ? Je vous laisse juge :
   "Quitter Paris. Quitter cette région où l'homme avait tailladé la terre par des artères d'asphalte. Des nodules de bétons poussaient et croissaient. On scarifiait le sol à grands coups de pelleteuses. Les véhicules crachaient du poison. Paris, ce cancer métastasé de pierre et d'acier attaquait jusqu'aux campagnes voisines. Quitter paris. Quitter Paris, voir la mer."

Un corps est retrouvé en mer et le corps en question n'est pas en état de décomposition mais semble brûlé puis vieilli voire momifié.
Un cas bien étrange qui va alerter les scientifiques, ils devront se pencher sérieusement sur le sujet parce que les politiques s'affolent et cherchent à étouffer bien des choses.
D'abord l'explication de l'eau de mer polluée et donc des huîtres impropres à la consommation, des têtes vont tomber parmi les huiles...
Emmanuel est informaticien dans un hôpital parisien, de passage sur la côte atlantique, il se fait arrêter comme un vulgaire terroriste.
Il y a sûrement méprise, cet homme à l'air innocent pourtant les policiers, eux sont persuadés de sa culpabilité.
Il aurait tué des gens en propageant un virus... En effet, les victimes se cumulent...

Le sujet mêle biologie et génétique ça change, je lis rarement ce genre de roman et pourquoi pas c'est carrément sympa.
Un livre court et une impression de vite fini, j'aurai bien lu 100 ou 200 pages de plus néanmoins ça reste un bon bouquin.
La tournure de l'histoire est prenante, on sent qu'ont tient le dénouement en avançant, qu'il arrive, que c'est bon on va connaître le pourquoi du comment, on ne voit pas les pages se tourner.

Je lirai le prochain de l'auteur avec plaisir Olivier M Kim a une belle plume c'est indéniable.
Les fêtes de fin d'année se terminent ouf je n'aime pas les huîtres et vous ça va vous vous sentez bien ?  



Né en 1976, Olivier Michael Kim est ingénieur en électronique et en informatique. Il grandit en banlieue parisienne dans une double culture, cambodgienne et française. Ancien cadre des hôpitaux de Paris, il vit désormais à Nantes. 
http://www.oliviermichaelkim.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire